SOS Coopération culturelle décentralisée Haïti-Congo

Appel pour un CROWDFUNDING Spécial 
SOS Coopération culturelle décentralisée Haïti – Congo

Pourquoi et pour qui nous sol­lici­tons votre sou­tien

Dans le cadre du Mois du Créole, organ­isé à Mon­tréal par La Librairie KEPKAA, Comité inter­na­tion­al pour la pro­mo­tion du créole et l’alphabétisation (KEPKAA en créole) nous sommes appelés à présen­ter des Journées Porte Ouverte de Malaki ma Kon­go à Mon­tre­al, pour la pro­mo­tion des raci­nes de la cul­ture africaine et Kon­go en par­ti­c­ulier.
Je suis masen­go ma Mbon­golo du Con­go, artis­te-comé­di­en et aus­si spé­cial­is­te des rela­tions inter­na­tionales Sud-Sud, et par voie de cir­con­stance, Haïti est mon champ d’action de prédilec­tion. 15 ans durant,  j’ai vis­ité ce pays de Jacmel au Cap, plus de dix fois. J’ai vu, enten­du et sen­ti ce que, seul un con­nais­seur du Bukon­go (la Kon­go­nité) pou­vait com­pren­dre… Toutes ces années, une chaine de coopéra­tion décen­tral­isée s’est déroulée devant mes yeux. Ce tra­vail a été fait dans les con­di­tions empiriques, sous la pluie et le beau temps, avec nos pro­pres moyens.
Aujourd’hui ce tra­vail qui m’est aus­si cher qu’un enfant, est recon­nu et demandé à Mon­tréal, par le KEPKAA pour le val­oris­er, mais nous devons financer l’activité avec nos pro­pres moyens financiers. Et vous savez com­me moi que les temps sont dif­fi­ciles. 

Ain­si nous sol­lici­tons votre sou­tien pour vul­garis­er ce Crowd­fund­ing (finance­ment de masse) dans votre milieu et partout où vous pou­vez pro­poser ce mes­sage afin de trou­ver les moyens financiers dont nous avons besoin.

NB: Cet appel est un SOS, parce que les temps sont courts mais aus­si dans nos milieux d’Afrique le Crowd­fund­ing que l’on appelle “nsin­sani” est un out­il tra­di­tion­nel de finance­ment bien con­nu mais nos vil­lages se por­tent mal et notre Crowd­fund­ing se fait sur l’Internet qui est encore un luxe chez nous. C’est pour cela que nous comp­tons sur vous qui pou­vez nous lire.

Pro­gram­ma­tion et par­tic­i­pa­tion 
La prenière semaine , un col­lo­que ouvri­ra les activ­ités et les ani­ma­teurs sont au nom­bre de six. Ils vien­dront du Con­go, de Haiti, de Colom­bie, de l’Equateur, des USA, et de Bolivie en plus de nos parte­naires du Canada. Puis Masen­go ma Mbon­golo restera sur le ter­rain
pour cou­vrir les autres activ­ités jusqu’à la fin du mois.

7-8 octo­bre - Col­lo­que 
Thème : -Vérité et réc­on­cil­i­a­tion entre l’Afrique et sa Dias­po­ra… *Quel Afro Descen­dant au 21ème Siè­cle ? 

-Présen­ta­tion des livres : 
- « Sur les Traces Kon­go en Amérique : Haïti » ou le                  mes­sage de Ati Max Beau­voir à l’Afrique » de                           Masen­go ma Mbon­golo
· - « Memwa Samba’L Elien Isac Hougan 21yèm Sièk la 

14-15oc­to­bre - Sémi­naire 

Thème: L’Intérêt de la finance éthique et alter­na­tive en Afrique 
-Présen­ta­tion du livre : « Une ban­que éthique africaine : rêve ou réal­ité ? » de Masen­go ma Mbon­golo 
-Film: Pèleri­nage au Coeur de l’Afrique 

*21-22 octo­bre -Con­férence 
Thème: « Mban­za Kon­go (cap­i­tale de roy­aume Kon­go) pat­ri­moine mon­di­al de l’UNESCO » quoi et com­ment faire pour le reval­oris­er et avec qui ? 

Théâtre : «De Kon­go à Con­go» ou l’histoire de migra­tion du peu­ple Kon­go de l’Egypte antique jusque dans les ter­res actuelles» de et par Masen­go M.M. 

28-29 octo­bre –Touris­me 

*Thème: Malaki-AfroSpir­i­Tours “voy­ages-raci­nes de ressource­ment pour petits groupes, dans un souci de touris­me équitable dans les com­mu­nautés Noires de l’Est à l’Ouest de l’Atlantique.” 
• Film : «Il était une fois le 1er Con­grès des Orig­i­naires du Roy­aume Kon­go» de Masen­go ma Mbon­golo

Voici com­ment sera util­isé l’argent
Etat de besoins

Trans­port aerien                  1000 €/ pers x 6 = 6.000 €
Com­mende de livres :       1000 € /titres x 4 = 4000 €
Loge­ment:                                  50 € x 6pers x 5 js= 1.500 €
Nutri­tion:                                    50 €x 6pers x 5 js= 1.500 € Trans­port urbain:                   4 €/pers x 6 x 5jours = 120 €

 Masen­go con­tin­ue jusqu’au 31 octo­bre soit 25 jours de plus: 

Loge:                                          25 € x 25js = 625 €
Nutri­tion:                                25  € x 25js = 625 €
Trans­port urbain:                   4 € x 25js = 100 €
La Pub­lic­ité……… La Librairie Kep­kaa (s’en occu­pe)
Imprévus : 500 €

Total :                      14.970€

Nous aurons besoin de cet argen­ta au plu­tard le 13 sep­tem­bre 2017

Interet de ce tra­vail:
Ce tra­vail est le resul­tat de 15 ans de recherche au Con­go, au Ben­in, en Haiti, en Amerique du Sud, en France et en Ital­ie. Présen­ter ce tra­vail au grand pub­lic de Mon­tréal, aux Afro Descen­dants et aux uni­ver­si­taires du Canada, représen­te pour nous un trem­plin qui per­me­t­trait de passer de la phase empirique du tra­vail, à la dimen­sion sci­en­tifique. Nous y avons mis non seule­ment du temps, de l’argent, mais aus­si du coeur et surtout notre jeunesse. Ce serait désolant que nos efforts ne soient recon­nus qu’à titre posthume. Nous pour­rions apporter plus si vous nous aidez à ouvrir le chem­in main­tenant.

Des cadeaux sont prévus à ceux qui nous sou­tien­traient
Pour ceux qui pour­raient nous soutenir, nous avons prévu met­tre à votre dis­po­si­tion:
1-  à par­tir de 5 euro / let­tre de remer­ciement
2-  à par­tir de 15 euro / un livret rela­tant notre aven­ture tri­con­ti­nen­tale, ou un cal­en­dri­ers, 
3-  à par­tir de 50 euro un DVD de Malaki ma Kon­go
4-  à par­tir de 150 euro / un DVD de Malaki ma Kon­go + 1 livret rela­tant nos aven­tures tri­con­ti­nen­tales
5-  à par­tir de 200 euro un DVD de Malaki ma Kon­go + et notre livret en mini for­mat ebook ou papier
- Enfin nous comp­tons sur vous. Et sommes à votre dis­po­si­tion pour partager avec vous toutes formes d’informations que vous désir­erez savoir. 
 
SOS Coopéra­tion cul­turelle décen­tral­isée Haïti - Con­go
MALAKI MA KONGO A MONTREAL / CANADA

Les Kongo du siècle

Masen­go ma Mbon­golo

Mon nom d'artiste, comé­di­en est Masen­go ma Mbon­golo (Jean Féli­cien BONGOLO). Je suis le respon­s­able de Malaki ma Kon­go, une asso­ci­a­tion qui fait pro­mo­tion de la cul­ture africaine en Afrique, en Europe et en Amerique. Je suis con­go­lais, rési­dent en Ital­ie au 14 via Trec­ca­ni 42122 Reg­gio Emil­ia en Ital­ie.

C’est par un hasard heureux que je suis arrivé en Haïti en 2002 et je me suis lié d’amitié avec Elien Isac, un Hougan qui com­me la majorité de ses paires n’ont pas fréquen­té les grandes écoles Mod­er­nes.

Samba'L (Hougan Elien Isac) 
l'homme qui dès la pre­mière heure en 2002, à accep­té de col­la­bor­er avec Malaki

Il représen­te pour moi donc une chance de pou­voir puis­er le savoir orig­inel d’un Maitre du vodou d’Haïti, tenu loin de con­nais­sances « portées par un par­a­dig­me autre que celui de l’Afrique ». Il m’a aus­si per­mis de ren­con­tr­er les autorités du vodou haï­tien et d’assister à beau­coup de céré­monie de vau­dou de Jacmel au Cap. De l’autre côté je lui ai fait con­naitre l’éthique et l’histoire de l’Afrique et du Peu­ple Kon­go en par­ti­c­ulier.

De cette ami­tié est née un pro­gram­me com­mun de tra­vail de nos deux asso­ci­a­tions CECILE et Malaki ma Kon­go. L’histoire, l’anthropologie, l’art, et l’entraide ont été nos champs d’actions. Aujourd’hui il est devenu Samba’L, un des plus grands ani­ma­teurs de radio et de télévi­sion en Haïti. Et pour ma part, Haïti et Samba’L m’ont aidé à recou­vr­er et à redor­er le bla­son de mon iden­tité Kon­go, mais surtout à murir mes con­nais­sances sur l’histoire du roy­aume Kon­go et celle de sa dias­po­ra dans le mon­de.

15 ans d’une coopéra­tion décen­tral­isée soutenue, que nous avons menée selon les temps et avec nos pro­pres moyens, ont pro­duit de bons et beaux fruits, dont les résul­tats dépassent nos espérances et nous oblige à lancer un SOS Coopéra­tion cul­turelle décen­tral­isée Haïti – Con­go

Une Coopéra­tion cul­turelle décen­tral­isée est un mode de coopéra­tion com­prenant toutes les rela­tions d’amitiés, d’assistances, d’échanges d’expériences, de jume­lage, ou de parte­nar­i­at, noués entre les col­lec­tiv­ités locales d’un pays et les col­lec­tiv­ités, équiv­a­len­tes ou non, d’autres pays et des struc­tures publiques locales étrangères. ». 
Il faut sig­naler que ces échanges d’expériences nous ont per­mis d’évaluer :
• Le besoin de recon­nex­ion de Haïti avec toute l’Afrique ;
• Au plan lin­guis­tique, la recherche des séman­tiques des chan­sons, des noms, ou des mots d’origine africaine, que cer­taines familles ont gardés ;
• Au plan anthro­pologique, la con­fu­sion semée par les colons demeure ;
• Les his­to­riens ne sont pas encore sor­tis du cocon colo­nial. Cer­tains pans de l’histoire restent sus­pendus en l’air, sans répon­se. par exem­ple com­me cer­tains his­to­riens peu­vent-ils dire que en 1850 il y avait des Kon­go qui ont aban­don­né leurs rich­es fore­ts dens­es pour se faire recruter com­me «tra­vailleurs indépen­dants» dans les pays aus­si loin­tains que les Antilles-Caraïbes ;
• Nous avons noté la volon­té des haï­tiens de sor­tir de l’isolement de l’ile et d’aller voir ailleurs des peu­ples sim­i­laires au leur.

En som­me, Haïti étant une Afrique en minia­ture à la dérive sur l’Atlantique, il est néces­saire que pour l’aider à retrou­ver son équili­bre, que chaque iden­tité cul­turelle africaine lui apporte sa béquille cul­turelle.
D’autre part l’histoire d’Haïti démon­tre à suff­i­sance qu’elle est la véri­ta­ble bous­sole du Mon­de Noir, qui man­que aux pays africains, nou­velle­ment indépen­dant. Ne pensez-vous pas qu’une fois la tête ressoudée au corps, Haïti deviendrait ce fer de lance de l’Afrique com­me l’était la Grèce pour l’Europe, et l’Egypte antique pour le mon­de ? De ce tra­vail qui s’est fait de manière empirique nous tirons les con­clu­sions suiv­an­tes :
1- La mise en place d’une casa Afrique-Haïti qui servi­ra de « Pont Cul­turel »
2- Dévelop­per et cod­i­fier un touris­me éthique qui répondrait aux besoins réels du mon­de Noir
3- Har­monis­er et fidélis­er un fes­ti­val de l’histoire, de l’éthique et de la cul­ture orig­inelle du mon­de Noir selon le par­a­dig­me africain qui réu­ni­rait tous les sages du mon­de Noir
4- Créer une insti­tu­tion finan­cière dont le but est de ban­car­is­er les pro­jets cul­turels africains qui sont hors du cir­cuit tra­di­tion­nel des ban­ques.

Pro­gram­me des Journées Porte Ouverte de 
Malaki ma Kon­go à Mon­tre­al
En octo­bre 2017 à Mon­tre­al, nous présen­terons les résul­tats des 15 ans de coopéra­tion inter­na­tionale décen­tral­isée Sud-Sud entre le Con­go et Haïti. Vous aurez droit dans le cadre du Mois du Créole à Mon­tréal La Librairie KEPKAA, des Journées Porte Ouverte de Malaki ma Kon­go à Mon­tre­al, pour la pro­mo­tion des raci­nes de la cul­ture africaine et Kon­go en par­ti­c­ulier dont voici le pro­gram­me :

SOS Coopéra­tion cul­turelle décen­tral­isée Haïti - Con­go
MALAKI MA KONGO A MONTREAL / CANADA

Créée en 1991 au Con­go, Malaki ma Kon­go fait la pro­mo­tion des raci­nes de la cul­ture africaine et Kon­go en par­ti­c­ulier. Malaki ma Kon­go est présent en Afrique, en Europe et en Amérique. Son slo­gan est : « Dire aux petits-fils de nos petits-fils ce que les par­ents de nos par­ents ont vécu.» 
But : 
• la recherche des orig­i­nes de l’identité cul­turelle africaine et de sa dias­po­ra
• révéler les dif­férents maux qu’ils minent l’Afrique
• réfléchir sur les approches des solu­tions

Le Detail des activ­ités:

- Le col­lo­que dont le thème est Thème -Vérité et réc­on­cil­i­a­tion entre l’Afrique et sa Dias­po­ra…
invite sur la meme table les Afro Descen­dant et leurs frères restés en Afrique de laver leurs linges sales en famille en ce 21ème Siè­cle finis­sant. L’ère du verseau est celui du renou­velle­ment de la chaine human­i­taire pour éviter le chaos que nous prèsen­te les com­mu­nautés dom­i­nan­tes qui sont arrivées au bout du rouleau. Mais l’Afrique berceau de l’humanité peine à se relev­er pour pren­dre le temoins que lui tend l’humanité essouf­flée. C’est dans la meme foulée qu’ont été écrit ces deux livres « Sur les Traces Kon­go en Amérique : Haïti ou le mes­sage de Ati Max Beau­voir à l’Afrique » de Masen­go ma Mbon­golo et « Memwa Samba’L Elien Isac Hougan 21yèm Sièk la (Mémoire de Samba’L Elien Isac, l’Hougan du 21ème Siè­cle), à ces livres il faut ajouter une autre livre pour boucler la boucle de l’évolution: « Une ban­que éthique africaine : rêve ou réal­ité ? » de Masen­go ma Mbon­golo
Ce plat de résis­tance sera com­plété par des film, con­férence, du théa­tre sur l’histoire du Kon­go, cen­tre de l’humanité pour finir avec du touris­me, un voy­ages-raci­nes de ressource­ment dans les com­mu­nautés Noires de l’Est à l’Ouest de l’Atlantique dénom­mé Malaki-AfroSpir­i­Tours

- A pro­pos des livres :
Le livre : « Sur les Traces Kon­go en Amérique : Haïti » ou le mes­sage de Ati Max Beau­voir à l’Afrique » de Masen­go ma Mbon­golo Ce livre est une invite à répon­dre aux ques­tion suiv­an­tes:
1- Les africains ont-ils ven­du leurs frères durant l’esclavage ? Que s’est-il passé réelle­ment ? Peut-ont enfin avoir la ver­sion réelle des faits, selon les africains ?
2- Com­ment peut-on expli­quer l’arrivée mas­sive des Kon­go dans les Amériques pour qu’ils con­stituent à nos jours un taux de 45 à 75% de la pop­u­la­tion d’origine africaine, selon les pays ?
3- Pourquoi les Kon­go tant van­tés pour leur savoir-faire sont-ils devenus au 19ème siè­cle des chiens galeux ?
4- Après l’assassinat de Jean Jacques Dessali­nes, père de l’indépendance de Haïti, durant 46 ans il était inter­dit de pronon­cer le nom de Dessali­nes, ni de par­ler de son œuvre, cela a-t-il suf­fit pour enlev­er dans la tête des haï­tiens le mot d’ordre aus­si cher à Dessali­nes : « L’Indépendance ou la mort !!! ».
5- Cela fait 200 ans que dure la lut­te entre la logique indépen­dan­tis­te et égal­i­taire de Dessali­nes et celle de semi-lib­erté de Tou­s­saint Lou­ver­ture, faisant de Haïti un Départe­ment français com­me la Guade­loupe ou la Mar­tinique.
6- Selon les haï­tiens, « Haïti est une Afrique en minia­ture à la dérive sur l’Atlantique », ne pensez-vous pas que si les autres rois d’Afrique s’associent au roi d’Allada du Ben­in qui coopère avec Haïti, cela pour­rait apporter la sta­bil­ité iden­ti­taire qui frein­erait la dérive de ce pays ?
7- Ceux qui ont vis­ité les Grottes de Bois Caï­man, La Citadelle La Fer­rière, le Palais Sans Soucis, la Place de La Ver­tières, la grande val­lée agri­cole du Nord de Haïti, savent com­bi­en ces lieux sont envoutants et appel­lent au réveil de con­science. Ces lieux sym­bol­iques ne peu­vent-ils pas faire de Haïti le fer de lance de la Nation Africaine, com­me l’est la Grèce pour l’Europe et l’Egypte pour le mon­de ?
Enfin chaque chose à son temps, aujourd’hui qu’après l’esclavage, la mécan­i­sa­tion, l’électronique ouvre l’Afrique à une nou­velle ère, est-il pos­si­ble de con­tin­uer à train­er cette boite de pan­dore qu’est l’esclavage ?

Le livre « Memwa Samba’L Elien Isac Hougan 21yèm Sièk la,

Ce livre « Memwa Samba’L Elien Isac Hougan 21yèm Sièk la, est vrai­ment la som­me de l’oeuvre de la vie de Samba’L Elien Isac, un des ani­ma­teurs prin­ci­paux de la Coopéra­tion inter­na­tionale cul­turelle décen­tral­isée entre Haïti et Con­go. Ce livre de près de 300 pages écrit com­plete­ment en langue créole hai­tien par samba’L est une des mer­veilles que nous aimerons vous apporter au Canada. Fruit de la coopéra­tion cul­turelle décen­tral­isée entre nos deux Asso­ci­a­tions CECILE et Malaki ma Kon­go. Pro­mo­teur de la cul­ture haï­ti­en­ne Samba’L (Elien Isac) habite à Petionville Mon­tag­ne Noire. C’est Mr Daniel un français qui vivait en Haiti qui m’a emené le voir en 2002 alors que je venais par hasard d’arrivé en Haiti et je voulais­me faire une idée sur le fameux “Le vau­dou hai­tien” que Holy­wood a ren­du tris­te­ment célèbre. J’ai eu de la chaire de poule quand il m’a présen­té le crane de son père Papa Loko. Cette vis­ite s’est sol­dée par mon pre­mier film doc­u­men­taire en Haiti inti­t­ulé: “Malaki ma Kon­go dans le fief du Vau­dou Hai­tien”. Samba’L, après avoir fait des démon­stra­tions de son pou­voir mag­ique, me posa alors une ques­tion intri­g­an­te : que puis-je faire pour vous? En guise de répon­se j’ai dit : “Vous avez déjà fait mieux que ce que j’attendais de vous. Séparé par le temps et les eaux, vous avez pu save­g­arder la cul­ture africaine… j’ai meme eu presque l’impression de me retrou­ver devant les gueris­seurs tra­di­tion­nels de chez moi.” Le 9 octo­bre 2002 il est venu accom­pa­g­né d’une dizaine de gens assisté à la 1ere édi­tion de Malaki ma Kon­go au Col­lège de l’Etoile à Port au Prince. A la fin des fes­tiv­ités, il est venu me remercier en dis­ant : “Nous cher­chons nos caines cul­turelles partout dans le mon­de, or vous les con­nais­sez: alors nous aus­si nous devenons Malaki ma Kon­go dès ce jour!” Assidu­ment il a appris au près de moi ce qu’il voulait con­naitre sur l’histoire et la cul­ture africaine. Alors qu’il était à radio Plan­et Kre­ol, il ne man­quait pas de me faire passer en direct durant ses émis­sions. Et com­me le voulait mon grand père Zun­ga M’Voala: j’ai dit aux petits fils de mes petits fils ce que les par­ents de mes par­ents ont vévu.” Samba'L à radio & télé Storm « Fwèt Kach »

Samba’L (Elien Isac) Houn­gan qua­trième généra­tion, est ani­ma­teur et présen­ta­teur des émis­sions sur le vodou com­me : « Kilti Kreyòl » sur les ondes de la Radio Planète Kreyòl pen­dant 9 ans et la radio Uni FM, radio Sig­nal FM « Poto Mitan », radio & télé Storm « Fwèt Kach ». Mem­bre fon­da­teur « Kon­fed­erasy­on Vodou Ayisyen » KNVA ; Apôtre et procla­ma­teur de L’église Vodou d’Haïti, fon­da­teur et prési­dent du Cen­tre Edu­ca­tion Cul­turelle l’Art Expéri­ence C.E.C.I.L.E. Représen­tant Malaki Ma Kon­go d’Ayiti. Le cen­tres d’intérets de CECILE est l’apprentissage et la pra­tique des Dances afro-hai­ti­en­nes / des Tam­bours et l’enseigner les gens à mieux com­pren­dre les diff°rents rites dans le vodou hai­tien.

- Le troisième livre est: La Ban­que Éthique Africaine - Rêve ou Réal­ité? de Masen­go ma Mbon­golo.

Masen­go ma Mbon­golo & Moham­mad Yunus (Prési­dent de la Grameen Bank) Le livre est disponible chez Ama­zon : goo.gl/9z8xcp

La ban­que éthique est une lam­pe allumée pour éloign­er la bêtise humaine.
L’Afrique va mal, et la mis­sion con­fiée à Masen­go ma Mbon­golo par Malaki ma Kon­go, est “D’Aller au-delà des mers, océans, forêts, savanes, mon­tag­nes, val­lées, à la recherche des Hommes éthiques, qui devraient désor­mais col­la­bor­er avec les Hommes éthique d’Afrique. Depuis l’an 2000, il a tra­ver­sé une trentaine fois la Méditer­ranée et l’Atlantique à la recherche des­dits Hommes Éthiques, jusqu’au jour où il s’est ren­du compte que les fameux Hommes Éthiques, qu’il recher­chait n’étaient que ces frères, sœurs, d’Afrique et d’ailleurs, qu’il croise tous les jours dans la rue, mais qui ont per­du le repère, donc il fal­lait seule­ment les aider à chang­er leur par­a­dig­me, à réori­en­ter leur cen­tre d’intérêt vers l’Afrique. D’où l’intérêt de la créa­tion d’un réseau africain de la finance éthique pour éloign­er la bêtise humaine, la pau­vreté, l’ignorance et la mis­ère.

Pour pré­ten­dre à un développe­ment cor­re­spon­dant à notre mode de vie et de penser, nous devons créer des instru­ments appro­priés à la cause. Voici donc au plan financier un mod­èle d’approche au développe­ment que nous esti­mons respon­s­able et appro­prié à notre cul­ture.

Le livre est disponible chez Ama­zon : goo.gl/9z8xcp

- Le tout dernier livre est : “Les Vingt ans de Malaki ma Kon­go 1er tome”
Le tout dernier livre est : “Les Vingt ans de Malaki ma Kon­go 1er tome”

PROBLÉMATIQUE : VINGT ANS DE MALAKI KONGO 1991 – 2011. TOME 1 : 1991 – 2001
Cet ouvrage qui se décline en deux tomes relate l’histoire mod­erne du Malaki Mâ Kon­go, véhiculée par Masen­go Ma Mbon­golo. Malaki Mâ Kon­go est une tra­di­tion cul­turelle qui remon­te depuis la nuit des temps aux orig­i­nes du roy­aume de Kon­go dia Ntote­la. C’est en 1991 que Masen­go Ma Mbon­golo avait pris l’initiative de célébr­er le Malaki Mâ Kon­go au Con­go-Braz­zav­ille. Avec les con­tin­gences socio-poli­tiques liées à l’espace orig­inel Kon­go, en proie à des mul­ti­ples con­vul­sions, Malaki Mâ Kon­go a donc suivi le sil­lage de l’antique voy­age tri­an­gu­laire à tra­vers la planète. Visant la paix inté­grale entre tous les hommes quelques soient leurs orig­i­nes cul­turelles, raciales, eth­niques ou géo­graphiques, Malaki Mâ Kon­go s’est redé­ployé en Afrique d’abord, en Europe et ensuite en Amérique pour con­tribuer à une mon­di­al­i­sa­tion équitable dans ce vil­lage plané­taire en per­pétuelle con­struc­tion. Le but de l’association Malaki Mâ Kon­go est de sauve­g­arder la mémoire col­lec­tive à tra­vers la pro­mo­tion des Raci­nes Cul­turelles Africaines, afin de soutenir les actions de développe­ment respon­s­ables dans les pays africains ain­si que dans la Caraïbe.

Curiosité:
Ne Vun­da Ntsaku Don Anto­nio Manuel Pre­mier Ambas­sadeur Noir au vat­i­can 1608. 

Son Excel­lence Ne Vun­da Ntsaku Don Anto­nio Manuel Pre­mier Ambas­sadeur Noir au vat­i­can 1608. 4 ans de voy­age pour par­tir de Mban­za Kon­go jusqu’au Vat­i­can, via le Brésil. Ils étaient par­tis au nom­bre de
22 et seuls 6 sont arrivés à Rome. Les autres ont été kid­nap­pés en chem­in tout com­me l’or, le dia­mant, les stratu­ues et tis­sus de velour made in Kon­go qu’ils prévoy­ait remet­tre au Saint Pèr
e en guise de cadeau…

Sa MISSION était de dire au Pape que le Kon­go avait accep­té le mes­sage de Jesus, mais que dans la bible et moins encore la Bulle papale de 1543, n’autorisaient pas l’esclavage de chré­tiens. Le roi lui avait don­ner la mis­sion de choisir ceux qui devraient venir au Con­go; puisque ceux qui vien­nent pour propager l’évangile se met­tent à kid­nap­per nos enfants pour les ven­dre aux esclavagis­tes. Enter­ré dans la Basilique Sain­te Marie Majore à Rome (sec­on­de en impor­tance après celle du Vat­i­can), Ne Vun­da est recon­nu com­me fin diplo­mate. Il par­lait beau­coup de langues étrangère. Et de puis 2001 Malaki ma Kon­go lui rend hom­mage à Rome, presque tous les 8 jan­vier jour de sa mort. Il parait qu’il aurait été empoi­son­né dans le bateau entre l’Espagne et le Vat­i­can. Le roi d’Espagne voy­ait d’un mau­vais oeil la mis­sion de Ne Vun­da. D’ailleurs pen­dant une année il a ten­té en vain d’empecher cette encon­tre.
Enfin l’Afrique doit encore écrire son his­toire…

La gout­te d’eau qui a fait débor­der le vase…
Sais-tu mon cher Masen­go ma Mbon­golo que la pop­u­la­tion haï­ti­en­ne , est essen­tielle­ment kon­go­laise à plus de 75%… Et que notre mod­èle de guer­re d’indépendance est un mod­ele Kon­go… (Ati Max Beau­voir maitre spir­ituel du
vodou hai­tien )

Masen­go ma Mbon­golo & Ati Max Beau­voir (Maitre Supre­me du Vodou haï­tien). “Ati en langue Webe (Bén­in) ou Nti (Muti) en Kon­go = grand arbre. 
Celle-ci était la dernière des six ren­con­tres en 15 ans. Ce 17 aout 2014 con­traire­ment à ses habi­tudes, tot vers 10h00 il a appelé Samba’L pour lui dire avec insis­tance qu’il tenait à me voir, avant de quit­ter Haïti
13 mois après il a quit­té le mon­de des vivants, alors j’ai com­pris : enfin voici le livre… son livre.
Intérêt du mes­sage de Max Beau­voir pour l’Afrique et le mon­de Noir ? 
C’est un con­stat d’échec que Ati Max Beau­voir fait au cré­pus­cule de sa vie sur ter­re et un blâme cinglant qu’il fait à l’endroit des gens de la généra­tion poli­tique à laque­lle il appar­tient. Ils avaient pour­tant la solu­tion dans les bras, com­me il le dit : « Le gou­verne­ment d’Haïti de l’époque recher­chait l’appui des autorités catholiques et protes­tantes pour ten­ter de résoudre les prob­lèmes soci­aux. « Mais est-ce qu’ils font appel aux prêtres vau­dou ?» Ceux-là même qui sont à la base de cet Etat Noir d’Amérique, qu’est Haïti ? »

1. Il y a un con­flit latent entre les Noirs des Amériques et ceux d’Afrique. Les pre­miers reprochent aux derniers d’avoir ven­du leurs frères. Mais ceux qui l’ont écrit et qui con­tin­u­ent à en par­ler, ne sont pas capa­ble de se poser la ques­tion pri­mor­diale de tout enquê­teur, même le plus néo­phyte : à qui a prof­ité le crime ? Et de l’autre, ils ne peu­vent démon­tr­er, ni le prof­it dont l’Afrique a tiré de ce com­merce macabre, ni les prédis­po­si­tions qui présen­tent les pré­parat­ifs des africains à ce gen­re d’activité. Il n’y a qu’à voir de quel côté étaient dirigés les canons qui pro­tégeaient leur butin de « guer­re » ?

2. Com­ment est-il pos­si­ble pour les intel­lectuels de dis­sert­er d’un sujet dont ils ne tien­nent qu’une par­tie de la vérité ? Com­ment ont-ils pu débat­tre des crimes com­mis par le peu­ple Noir dont ils ne con­nais­sent ni l’histoire, ni le nom véri­ta­ble du con­ti­nent… Ils l’appellent « Afrique », un nom qui n’existe que depuis la guer­re sain­te de l’Islam ?

3. Au Con­go il est tacite­ment inter­dit aux pop­u­la­tions Kon­go de gér­er leur pays et même leurs vil­lages, à cause de leur patri­o­tisme. Je me rends compte que les pop­u­la­tions Con­gos dans les Amériques sont presque logés dans la même enseigne. Alors quel serait le dénom­i­na­teur com­mun qui uni­rait deux peu­ples situés à huit mille kilo­mètres l’un de l’autre ?

4. Si selon les archives, com­me me l’a dit le pro­fesseur Michel Philippe Lere­bours, Directeur du Musée de l’Art Haï­tien 75% de la pop­u­la­tion haï­ti­en­ne est orig­i­naire des ter­res Kon­go, alors pourquoi ne par­le-t-on que du vau­dou haï­tien ?

5. Ce phénomène unique en Amérique du Sud ne serait-il pas la par­tie immergée de l’iceberg ? Qui avait intérêt à uni­formis­er, encadr­er, ori­en­ter la spir­i­tu­al­ité africaine en Haïti, qui a écrasé l’armée de Napoléon Bona­parte?

6. En 2009 lors des pas­sages des cyclones en Haïti j’ai appris que les aides human­i­taires n’arrivaient jamais dans les zones reculées et surtout à Bel­Fontaine, par­ti­c­ulière­ment au vil­lage Makoon­go, une con­trée reculée de Haïti. Vil­lages qui abri­tent une de nos anten­nes de Malaki ma Kon­go, située dans les mon­tag­nes où les nègres mar­rons ont trou­vé refuge jusqu’à nos jours. Donc deux mois après le trem­ble­ment de ter­re en 2010, je rassem­ble des médica­ments, de l’argent, et accom­pa­g­né d’un médecin ital­ien, nous sommes allés en Haïti. 
La ville était par ter­re, les ONG human­i­taires de tous les con­ti­nents y étaient représen­tées sauf les nôtres, d’Afrique. Les assem­blées religieuses des Noirs com­me toutes leurs com­mu­nautés, ont récolté des mass­es colos­sales d’argent mais elles ont préféré les con­fier à leur « maître » Clin­ton.

7. En 2004 au Bicen­te­naire d’Haïti, l’Afrique était représen­tée par un seul chef d’Etat, Mr. Thabo Mbeki et le roi d’Allada. Quel aurait été le ray­on­nement et l’ impact de l’influence de Haïti sur l’échiquier mon­di­al si les 54 Chefs d’Etat et les 3000 ou 5000 rois d’Afrique que compte ce con­ti­nent Noir, avaient effec­tué le déplace­ment ?

8. Est-ce que Haïti ce sin­gulier pays des Amériques, qui a choisi d’être mem­bre de l’Union Africaine, n’a-t-il pas le droit d’être caressé dans le sens du poil par tous les rois d’Afrique ? Pourquoi n’accompagnent-ils pas leur frère roi d’Allada quand il va en vis­ite en Haïti ? De quoi ont-ils peur ?

9. Sou­vent en Haïti, dès que les gens savent que je viens d’Afrique, ils me deman­dent d’expliquer le sens de leur nom ou d’une phase en langue africaine ? Com­ment aider les haï­tiens à recou­vr­er leur iden­tité africaine ?

10. En élim­i­nant Jean Jacques Dessali­nes 2 ans après qu’il ait proclamé l’indépendance et en inter­dis­ant de par­ler de Dessali­nes et de son œuvre, a-t-on seule­ment élim­in­er l’Empereur ou on a dévié le cours réel de l’indépendance de Haïti ?

11. Plonger dans l’oubli l’œuvre de Dessali­nes pen­dant 46 ans, a-t-on réus­si à rem­plac­er l’œuvre de Dessali­nes par celle de Tou­s­saint Lou­ver­ture ?

12. Qu’est-ce-que le colon et ses hommes de mains red­outaient-ils dans la vision de Dessali­nes et en quoi dif­fère-t-elle de celle des adeptes de Tou­s­saint Lou­ver­ture ?

13. La république d’Haïti d’après Dessali­nes, a-t-elle per­du son indépen­dance, si oui, quels sont les mécan­ismes super­flus qui ser­vent au Colon de con­tin­uer à faire main basse sur Haïti ?

14. 213 ans après son indépen­dance, Haïti con­tin­ue à être une Afrique en minia­ture ˆ la dŽrive sur l’Atlantique, ne pensez-vous pas que com­me le doigt qui à lui tout seul ne peut laver la fig­ure, qu’il est temps d’appeler tous les rois d’Afrique et leurs con­nais­sances, cul­turelles et surtout lin­guis­tiques, spir­ituelles, à vol­er au sec­ours de Haïti ?

15. Si tous les 54 Chefs d’Etat et les 3000 ou 5000 rois d’Afrique étaient présents lors du trem­ble­ment de ter­re de Haïti, les Clin­ton auraient-ils pu jouer avec l’aide accordée à Haïti ?

16. Qui selon vous, a raison entre le Pro­fesseurs Philippe Lere­bour Directeur du Musée de l’Art Haï­tien qui dit que selon les archives nationales de Haïti, 75% de la pop­u­la­tion haï­ti­en­ne est orig­i­naire des ter­re Kon­go et Ati Max Beau­voir qui con­teste ce chiffre, esti­mant que le pro­fesseur vit loin de la masse, ce pour­cent­age est inférieur à la réal­ité que nous vivons dans le mon­de du vau­dou… c’est plus que ça ?

17 Lors de l’interview que Ati Max Beau­voir nous a accordé, il enfon­ce le clou, en dis­ant : « La pop­u­la­tion haï­ti­en­ne est essen­tielle­ment Kon­go­laise », et d’ailleurs con­tin­ue-t-il « Le mod­èle de la Guer­re de Haïti était un mod­èle Kon­go ». Etes-vous pour ou con­tre, si oui quels en sont les mécan­ismes qui explique la présence mas­sive des Kon­go dans les Amérique vers la fin de l’esclavage ?

18 Quel est le rôle joué par les Kon­go dans la guer­re d’indépendance de Haïti ?

19. Les Con­gos de Haïti et les Kon­go du Con­go, sem­blent avoir été déclarés per­sona non grata dans la ges­tion de la poli­tique de leur pays. Ne pensez-vous pas que ce soit une puni­tion infligée aux com­mu­nautés qui ont accom­pa­g­né Dessali­nes dans ses œuvres ?

20. Et si l’Afrique adop­tait Haïti com­me pays fer de lance, un espace d’initiation avec des séries de pèleri­nages pour ren­forcer la per­son­nal­ité des jeunes, et vis­iter de nom­breux sites his­toriques que comptent Haïti ?

21. Savez-vous que Haïti a aidé et a accom­pa­g­né à l’indépendance, les pays de la Grande Colom­bie, les USA, la Grèce… ?

Pour répon­dre à ces ques­tions qui tor­ture ma con­science et sure­ment celle de nom­bre d’entre nous, j’ai pen­sé rassem­blé les con­nais­sances de l’histoire de l’Afrique pro­fonde, les tex­tes des ainés qui ont ques­tion­né le passé et ajouté à cela mon expéri­ence per­son­nelle de 23 ans de col­lab­o­ra­tion avec les com­mu­nautés Africaines des Amériques et 15 ans de voy­ages entre l’Afrique l’Europe et l’Amérique, pour pré­ten­dre apporter une approche de solu­tion à ce prob­lème qui sépare depuis trop longtemps des frères de sang.

Malaki ma Kon­go 
qui sommes-nous?
La renais­sance de la cul­ture d’une Afrique vraie, créée en 1991 en Rep. du Con­go, l’association cul­turelle Malaki ma Kon­go est née com­me con­tin­u­a­tion et développe­ment du fes­ti­val Malaki ma Kon­go, qui fait la pro­mo­tion des raci­nes de la cul­ture de l’Afrique noire en général et du cœur de l’Afrique en par­ti­c­ulier, dont les man­i­fes­ta­tions sont annuelles: aujourd’hui il se déroule dans bien trois con­ti­nents.

Malaki ma Kon­go en Ecuador avec Fudine Cir­cuit Inter­nazionale Negras.

Bien qu’inspirée de la cul­ture Kon­go, dont il veut assur­er la pro­mo­tion, le fes­ti­val est ouvert aux autres cul­tures du mon­de… Le pre­mier et le dernier spec­ta­cle ont tou­jours lieu dehors, autour d’un grand feu de bois. Malaki est un fes­ti­val prêt â porter capa­ble de se mou­voir non seule­ment d’un pays à un autre, mais aus­si d’un con­ti­nent à un autre.
En dehors du Con­go, Malaki a des anten­nes au Con­go Kin­shasa, au Bén­in, en Ital­ie, en France, Espag­ne, au Ghana, en Guade­loupe, en Haïti en Rep. Domini­caine, à Cuba, au Venezue­la, en Equa­teur, au Brésil, aux USA et au Canada. 

La toile de fond de Malaki ma Kon­go est la
 Renais­sance de la cul­ture d’une Afrique vraie  qui s’exprime dans ces ter­mes :
·             la recherche des orig­i­nes de l’identité cul­turelle                    africaine et de sa dias­po­ra
·             révéler les dif­férents maux qu’ils minent l’Afrique
·             réfléchir sur les approches des solu­tion           

Son pro­mo­teur Masen­go ma Mbon­golo est un des rares spé­cial­is­tes de Rela­tions Inter­na­tionales Cul­turelles Nord Sud pour le Développe­ment qui ten­te de trans­former ses rêves en réal­ité.

Ros­mon­de & Masen­go ma Mbon­golo 

Comé­di­en, met­teur en scène, dra­maturge, chercheur, réal­isa­teur de films doc­u­men­taires, Directeur artis­tique du Fes­ti­val Tri­con­ti­nen­tal MALAKIMAKONGO pour la pro­mo­tion des Raci­nes Cul­turelles Africaines et le développe­ment. Respon­s­able de Malaki Afro-Spir­i­ToursEt du Pèleri­nage au Cœur de l’Afrique pour la réc­on­cil­i­a­tion des africains de l’Est et l’Ouest de l’Atlantique. Il est aus­si pro­mo­teur des actions de sol­i­dar­ité inter­na­tionale avec le Con­go et Haïti. Son asso­ci­a­tion MALAKIMAKONGO est instal­lée en Afrique, en Europe et en Amérique.

Le but de Malaki ma Kon­go est de pro­mou­voir les Raci­nes Cul­turelles Africaines afin de soutenir le développe­ment respon­s­able dans le Sud du Mon­de. Et le slo­gan de Malaki ma Kon­go est de Dire aux Petits fils de nos petits fils ce que les par­ents de nos par­ents ont vécu. 

Il a aus­si lancé La Cam­pag­ne d’Installation des Cen­tres Cul­turels Malaki ma Kon­go dans le Mon­de 2012 - 2017.

Masen­go ma Mbon­golo 

Il est présent dans le mon­de du théâtre depuis les débuts des années qua­tre vingt.
En 1994 les guade­loupéens qui sont venus à Braz­zav­ille et dans le Kon­go pro­fond lui ont fait remar­quer l’importance de Malaki ma Kon­go dans les Amériques. Et depuis 2002 des anten­nes de Malaki ma Kon­go ont vu le jour en Guade­loupe, en Haïti, à San­to Domin­go, en Guyane, au Venezue­la, à Cuba, Equa­teur, Chili, USA, Canada. Des séries de doc­u­men­taires vidéo ont été tournées dans ces pays, comm
e : « Le Bicen­te­naire de Haïti »; «La Ren­con­tre du Siè­cle: Les Musundi de Cuba avec les Musundi du Con­go» qui est une lec­ture unique, inso­lite, et panafricaine des deux cent ans d’indé
pen­dance de Haïti.

Ses tous derniers livres sont:                                                           -Le Vau­dou Haï­tien vu avec les Yeux d’un Kon­go d’Afrique;                                                                                                      -Vingt Ans de Malaki ma Kon­go (pre­mier tome ).                  -Une ban­que Ethique Africaine: reve ou réal­ité?

 Il a organ­isé Le Pèleri­nage au Cœur de l’Afrique en 2008, pour la réc­on­cil­i­a­tion des africains de l’Est et l’Ouest de l’Atlantique.
En mars 2010 il a man­agé le Pro­jet SOS Haïti Malaki ma Kon­go.
Il est pro­mo­teur d’actions de sol­i­dar­ité inter­na­tionale avec le Con­go du gen­re Coopéra­tive Agri­cole de Jeunes Agronomes, Cen­tre de Vul­gar­i­sa­tion de l’Outil Infor­ma­tique (Didac­ti­ciel) et le Cen­tre Malaki Développe­ment pour la for­ma­tion en cou­ture et en coif­fure des filles mères.

Il est Co-Pro­mo­teur en novem­bre 
Il est Co-Pro­mo­teur en novem­bre 2013  PREMIERCONGRESDESORIGINAIRESDUROYAUMEKONGO, fruit de la col­lab­o­ra­tion des Groupe Malaki ma Kon­go et Groupe Roy­aume Do Kon­go, auquel se sont joints d’autres groupes, amis, entre­pre­neurs, artis­tes.
Pre­mier Con­grès des Orig­i­naires du Roy­aume Kon­go

2014, il crée “Malaki-Afrospir­i­tours” du touris­me lié aux activ­ités cul­turelles, his­toriques et religieuses. Enfin le dernier né est Le Quin­quen­nat de Malaki ma Kon­go 2014 – 2019 dont le lut est de fédér­er les énergies des Anten­nes Malaki ma Kon­go pour la cul­ture et le développe­ment.

D’autre part il exis­te aus­si Malaki-Devel­oppe­ment, un réseau Sud-Nord pour la pro­mo­tion de la finance éthique afin de vul­garis­er le Développe­ment Respon­s­able créé en 2002. Le pro­jet de micro-crédit pour redonner espoir et con­fi­ance en la vie aux mères de famille, aux jeunes et au
x micros entre­pre­neurs, débuté en 2004 au Con­go,
repren­dra l’élan et avec d’autres pro­jets à con­firmer dans un futur proche.

Dans ce sens qu’avec la Créa­tion du Réseau Vers la Ban­que Ethique Kon­go, le Pro­gram­me décen­nal expéri­men­tal de vul­gar­i­sa­tion de la finance alter­na­tive et éthique au Con­go débuté en 2004 au Con­go, devrait entr­er dans sa phase de réal­i­sa­tion à grande échelle.
 
Directeur de Pub­li­ca­tion de La Rue Meurt Mag­a­zine, une Plate­forme Panafricaine d’Informations de l’Est à l’Ouest de l’Atlantique créée en 2012
http://www.laruemeurt.com/ 
Le but de son exis­tence est la sauve­g­arde de la mémoire col­lec­tive à tra­vers des échanges d’informations entre panafrican­is­tes et surtout sans inter­mé­di­aires pour en garan­tir la pureté.

Masen­go ma Mbon­golo con­jugue le présent au temps passé. Son hor­loge de vie s’est arrêté le 29 octo­bre 1665 à 17h30mn lorsque à Mbuila, et avant sa décap­i­ta­tion, Ne Mvi­ta Kan­ga (Anto­nio) roi du Kon­go, anti-esclavagis­te dit : 

Kon­go tadi, ka di basue, ba nsin­ga (Le Roy­aume Kon­go est une pier­re qui ne doit s’effriter, plutôt qu’il soit un ensem­ble de cordes qui se ten­dent et se déten­dent sans jamais rompre).
Le but de Malaki ma Kon­go est de pro­mou­voir les Raci­nes Cul­turelles Africaines afin de soutenir le développe­ment respon­s­able dans le Sud du Mon­de.
Et le slo­gan de Malaki ma Kon­go est de "Dire aux Petits fils de nos petits ce que les par­ents de nos par­ents ont vécu."

Malaki Afro-Spir­i­Tours 
http://www.dailymotion.com/video/x79emd

Nous sommes une passerelle, une cour­roie de trans­mis­sion, un Pont cul­turelle TransAt­lan­tique. Notre souci majeur est de faciliter les ren­con­tres, les rap­proche­ments, combler le vide cul­turel, spir­i­tu­al et iden­ti­taire d’un peu­ple séparé par un océan ; favoris­er la décoloni­sa­tion intel­lectuelle d’une série de généra­tion qui marche à recu­lons, dans le sens inverse de l’histoire ; et boucher défini­tive­ment les trous de la jar­re africaine qui empêchent notre développe­ment durable. Nous c’est Malaki-Afro-Spir­i­Tours, qui est un voy­ag­is­te non con­ven­tion­nel, spé­cial­isé dans l’organisation de voy­ages-raci­nes de ressource­ment pour petits groupes, dans un souci de touris­me équitable dans les com­mu­nautés Noires de l’Est à l’Ouest de l’Atlantique.

BUT:  c’est recon­naitre son iden­tité africaine et la sauve­g­arder.

 Objec­tifs : * Per­me­t­tre à des indi­vidus et surtout aux Afrode­scen­dants de s’arrêter pour faire le point de leur his­toire per­son­nelle, col­lec­tive et se ressourcer. * Pro­poser des démarch­es de crois­sance per­son­nelle, cul­turelle, iden­ti­taire et spir­ituelle dans le cadre d’un voy­age.

* Priv­ilégier la ren­con­tre avec soi et avec le passé du mon­de Noir. * Passer de la con­nais­sance livresque, médi­a­tique pour expéri­menter la force des sens du touché, de la vue, de l’odorat et d’en tir­er per­son­nelle­ment des con­clu­sions sur la réal­ité his­torique du Mon­de Noir. *Aider à faire abstrac­tion aux idées reçues, aux préjugés, aux soi-dis­ant vérités uni­verselles ou revélées, pour inter­roger directe­ment la nature, les mon­tag­nes, mers, val­lées, les forêts.

Pro­jet « Vers une Ban­que Ethique et Alter­na­tive au Con­go »
Il s’agit du pro­jet “Vers u ne Ban­que Ethique et Alter­na­tive au Con­go”, un pro­gram­me de lut­te con­tre la pau­vreté et la mis­ère au Con­go, à tra­vers la micro finance éthique et alter­na­tive. Le pro­jet a bien tra­ver­sé la peri­ode incu­ba­trice, mais qui est blo­qué pour un man­que de finance­ment, au moment où il va ren­tr­er dans sa phase mature, les africains qui sont à la base de sa créa­tion, plient sous le poid de la crise qui cisaille l’Italie. Après analy­se de la sit­u­a­tion nous nous sommes dis que le pro­jet est si beau pour l’étouffer dans l’oeuf à cause de nos dif­fi­cultés d’auto-financement. Sachant que le mon­de est un et que la pau­vreté du Con­go ne fera le bon­heur de per­son­ne, nous avons pen­sé sol­liciter le sou­tien et/ou l’adhésion au pro­jet de tous ceux qui aimeraient bien faire chem­in ensem­ble avec nous.

D’ EST VENUE L’IDÉE?
Durant mon séjour en Europe, j’ai eu un peu d’argent que je voulais déposer dans une ban­que, mais pas celle qui ali­mente la guer­re au Con­go. Alors dans mes recherch­es je suis tombé sur La Ban­ca Eti­ca et petit à petit je me suis fait presque avalé par leur philoso­phie. Depuis je rêve apporter un jour au Con­go, une ban­que éthique et alter­na­tive qui selon moi, est une lam­pe allumée pour éloigne
r la finance tra­di­tion­nelle dont les intrigues, le cache cache, le guet-apens, l’escroquerie, sont la norme. Peu importe le temps que l’on met­tra pour créer cette ban­que, mais l’éssentiel c’est d’avoir posé les bases.

Qu’est ce qui fait qu’une ban­que soit dite éthique?

Une ban­que éthique est un point de ren­con­tre des gens, qui parta­gent l’exigence d’une ges­tion plus respon­s­able et trans­par­ente des ressources finan­cières.
Le but est celui d’encourager des ini­tia­tives socio-économiques s’inspirant des principes d’un mod­èle de développe­ment humain et social durable, où la pro­duc­tion de la richesse et sa dis­tri­b­u­tion sont fondées sur des valeurs de sol­i­dar­ité et r
espon­s­abil­ité vis-à-vis de la société civile.
La ban­que gère les épargnes de citoyens, familles, organ­i­sa­tions, entre­pris­es et insti­tu­tions, et elle les investit dans des ini­tia­tives qui pour­suiv­ent des objec­tifs à la fois soci­aux et économiques, tout en respec­tant la dig­nité humaine et l’environnement. Dans ce but, Ban­que Ethique se pro­pose d’éduquer les épargnants et les bailleurs de fonds, en ren­forçant la con­science des pre­miers sur quelle est la des­ti­na­tion de leurs épargnes et en encour­ageant les derniers à dévelop­per leurs capac­ités de ges­tion et d’entreprise. Ban­que Ethique ne ten­te pas de rejeter les règles de base de la finance, mais elle essaye plutôt de réformer les valeurs essen­tielles sur les quelles, la finance s’appuie.

À L’ÉCOLE DU « BUKONGO » 22 mai - 03 juin 2017 au BÉNIN

FESTIVAL-COLLOQUE SCIENTIFIQUE INTERNATIONAL AU BÉNIN
Ce sera aus­si l’occasion de pren­dre part au fes­ti­val suivi d’un col­lo­que sci­en­tifique inti­t­ulé : MITOHOUINDO DES VALEURS ENDOGÈNES : VODOUN COMME PREMIÈRE FORCE DE RÉSISTANCE DES AFRICAINS VICTIMES DE L’ESCLAVAGE TRANSATLANTIQUE à Dan­g­bo du 25 au 30 Mai 2017, organ­isés par Le Groupe Uni­ver­si­taire de Recherche en His­toire et Cul­ture du Bén­in “ONG SYMBOLE DE L’AMITIE“ en col­lab­o­ra­tion avec l’OMDAC (Organ­i­sa­tion Mar­tini­quaise de Développe­ment des Arts et de la Cul­ture) et le comité région­al des Rois de Wémè.
.
Il y a aus­si au pro­gram­me une con­férence thème : LES TRACES CULTURELLES CONGO QUI ONT SURVÉCU À L’ESCLAVAGE EN HAÏTI, par Masen­go ma Mbon­golo, Prési­dent de l’Association MALAKI MA KONGO pour la pro­mo­tion des raci­nes cul­turelles africaines. Elle est implan­tée en Afrique, en Europe et en Amérique.
.
Les détails de la réser­va­tion sont sur la fiche à télécharg­er ci-dessous : http://www.symbole-amitie.com/festival-scientifique-intern…/
.
CONTACT: +33 758 08 14 36 (France) - +39 377 94 133 92 (Ital­ie)
www.malakimakongo.net - info@malakimakongo.net

« À L’ÉCOLE DU « BUKONGO » au Vatican

Spé­cial «Ren­dez-vous» avec 

Le Car­di­nal Emile Biayen­da & L’Ambassadeur Ne Vun­da

18 & 19 mars au Vat­i­can à Rome-Ital­ia
Dernier délai d’inscription le 1er mars 2017

Pro­gram­me  
Samedi 18 mars 2017 à 15h00 
Con­férence à l’occasion du 40ème Anniver­saire du Sac­ri­fice du 
Car­di­nal Emile Biayen­da
Lieu :
La Casa dei ferie dei Padei Cap­pucini
via Vene­to, 27 (metro Bar­berini) – Roma


Dimanche 19 mars    10h00 :
Hom­mage à L’Ambassadeur Ne Vun­da

De 1604 à1608, de Mban­za Kon­go au Vat­i­can via le Brésil, mais Pourquoi le roi Kon­go avait-il envoyé son neveu au vat­i­can ?
Ethique-Ethique-Ethique-Ethique-Ethique… , tou­jours Ethique!!!

Ani­ma­teur : Masen­go ma Mbon­golo (Prince de N’Sundi, Prési­dent de Malaki ma Kon­go)

 

-Adresse : Piaz­za di San­ta Maria Mag­giore (Sta­tion de Métro Ter­mini ou Cavour ou Vit­to­rio Emanuele ou en bus lig­nes 16, 70, 71, 75, 360…)

-14h00 : Shop­ping à Rome 

Con­tact : +33 7 58 08 14 36 (Fr)      +39 377 94 133 92 (It)
info@malakimakongo.net   
www.malakimakongo.net

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dernier délai d’inscription le 1er mars 2017
Con­tact : +33 7 58 08 14 36 (Fr)      +39 377 94 13392 (It)
info@malakimakongo.net   www.malakimakongo.net

À L’ÉCOLE DU « BUKONGO » Carnaval de Sensibilisation sur l’intérêt de la Finance Ethique et Alternative pour l’Afrique

sous fond de thé Kon­go…

web-600-fevrier-2017

À L’ÉCOLE DU « BUKONGO » : Car­naval de Sen­si­bil­i­sa­tion sur l’intérêt de la Finance Éthique et Alter­na­tive pour l’Afrique.

DATE : Dimanche 5 FÉVRIER 2017 de 18h30mn à 21h00

PROGRAMME
Dimanche 5 FÉVRIER 2017 
de 18h30 à 21h00
Car­naval de Sen­si­bil­i­sa­tion sur l’intérêt
de la Finance Ethique et Alter­na­tive pour l’Afrique

a- Expo­si­tion pho­tos & Illus­tra­tions sur « les Kon­go d’Afrique et d’ailleurs »
b- La com­plex­ité de l’Education de nos enfants en France 
(témoignage et expéri­ence per­son­nelle de Fulele Ndo­nan­simuntu Do Nasci­men­to)
c- Théâtre : « De Kon­go à Con­go » ou l’histoire de migra­tions du peu­ple Kon­go de l’Egypte Antique 
jusque dans les ter­res actuelles…de & par Masen­go ma Mbon­golo
d- Cul­ture kon­go et civil­i­sa­tions ban­tu: les insti­tu­tions et la raison économique par Dr Noël Magloire NDOBA, écon­o­mis­techercheur,
ancien Doyen de la Fac­ulté des Sci­ences Economiques de l’Université de Braz­zav­ille (Marien Ngouabi)
e- Une ban­que éthique et alter­na­tive en Afrique : pourquoi et com­ment ? par Masen­go ma Mbon­golo
f- Malaki Afro-Spir­i­Tours
* Pont Cul­turel Transat­lan­tique-Afro­Tourism
*Pèleri­nage au Cœur de l’Afrique
(C’est du touris­me dans le mon­de Afro de l’Est à l’Ouest de l’Atlantique). Le 1e r voy­age de 2017 se fera en avril à Cuba & le 2ème en Haïti, avec le Malaki ma Kon­go en Con­grès 2°
g- « Coup de gueule » de Boris Ngan­ga Mfu­mu Bakuyu 
h- Tombo­la
LIEU : Cen­tre Chryso­gone Dian­gouaya 29 Rue Des Rose 75018 Paris, 
Métro: 12 Marx Dor­moy ou Porte de la Chapelle
ENTRÉE : 7 euro - NB : Les places sont lim­itées
INFO: +33 758 08 14 36 
https://versunebanqueethiqueaucongo.wordpress.com
https://malakiafrospiritours.wordpress.com/
www.malakimakongo.net

Lettre Bantou Musundi pour l'année 2017 au profit de Cuba, du Mexique et de l'humanité

letra-musundi-bantu-an%cc%83o-2017
Ntowkue Nkiankian Mbuhoooma (sys­tème de div­ina­tion ban­tou).
Mer­ci et je dédie cette let­tre à toutes les règles qui ont été créées à Cuba à par­tir des présences des dif­férents groupes qui sont arrivés à Cuba en prove­nance d'Afrique, Les Ban­tous : Con­gos Musundi, loan­go, may­ombes, mandingues, kara­balì et autres : déjà à Cuba Les afrode­sen­di­en­tes de s'identifier com­me, kalug­wanguero, ngan­guleros (paleros), kim­bicero, may­ombero et autres, que leurs esisten­ci­as les ont con­sacré à l'apport de tous ses con­nais­sances, en se regroupant et en créant les dif­férentes règles exis­tan­tes à Cuba :
Règle musundi. Règle Palo May­ombe. Règle briyum­ba Con­go. Règle may­ombe. Règle kim­bisa. Règle brise mont cerise bougie. Le Dies­mero San Miguel. Règle bra­ma avec bra­ma. San­ti­ago de Cuba. Règle maca fer. Gua­n­aba­coa cer­tains lead­ers des représen­tants de ces règles : Zim­ba Con­go Musundi Coco seul mar­i­anao. Jozuan­go Con­go Musundi. Zamora Mar­i­anao. Emil­io Ofar­rill Bril­lum­ba Con­go Gua­n­aba­coa. Ori­ol Buta­man­te Viti­ti Con­go sort engage­ment gua­n­aba­coa. Pan­chi­to Maca fer sara­ban­de maca fer la jat­ta gua­n­aba­coa. Pen­dantses Palmel. Règle.

Cheo Sara­ban­de. Briyum­ba. Pal­mal Mar­i­anao. Enriq­ui­to Briyum­ba Maca fer. La Jat­ta Gua­n­aba­coa.
Et à San­ta Tecla (Her­mine Tor­res le bébé). Pour ceux qui représen­tent pour notre reli­gion musundi ban­tou, mer­ci.
Masen­go ma Mbon­golo sug­gère "dire aux petits-enfants de ses petits-enfants ce que les par­ents de leurs par­ents ont vécu", à l'intérieur et en dehors du con­ti­nent africain. (ter­ri­toire ban­tou musundi). Con­tin­uer la lec­ture