1991-1992

This post is also available in: Anglais Italien

I ere & 2 eme editions
du festival MALAKI MA KONGO

press 1991

press 1991

Les deux premieres editions du festival MALAKI MA KONGO peuvent se resumees en un festin traditionnel avec des tubercules de manioc, de patates, d’ignames, de maïs, d’arachides, c’était la mangeaille « made in Kongo », autour du grand Bûcher.

Malaki Ma Kongo c’était aussi bien sûr et avant tout la palabre africaine, le «bunzonzi»: échanger le verbe, le sourire, l’amitié afin que les coeurs deviennent perméables au message du prochain. Le tout dans un élan d’amour et de solidarité pour que naisse enfin un Kongo nouveau, notre beau pays.

La fête était grande, tous les artistes s’y étaient fixés rendez-vous. C’était le théâtre-vie tel que vécu par les habitants de Kongo Dia Ntotela. Malaki Ma Kongo était la kermesse ancestrale exhumée, au pas d’une danse dorénavant nationale. C’était le théâtre agréable qui nous invitait à la scène à l’envers, selon une tradition cher aux Kongo: les spectateurs sur scène, les comédiens les assistent, mieux les servent .

L’une des plus fortes images des festivités, c’est ce soir du 13 juillet 1991, lorsque Tshivili Tshibulu, Louya Mpene Malela et Masengo Ma Mbongolo, les trois artistes fondateurs desdites festivités se sont retrouvés pour allumer le bûcher Malaki Ma Kongo. Déjà, les étincelles se lançaient dans le ciel, pour aller au delà des océans révéler la Renaissance prochaine des pharaons et d’une Afrique qui prendrait son indépendance en l’an 2001.

 

Partager
Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+
Ce contenu a été publié dans 1991-1996, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.