2004 France

This post is also avail­able in: Anglais Ital­ien

XIIIème Edition

Rapport d'une édition inaugurale
de Malaki ma Kongo en FRANCE

Il était une fois MALAKI MA KONGO en France …

Malaki ma Kongo France 2004

Malaki ma Kon­go France 2004

Après Braz­zav­ille & Kin­shasa au Con­go en Afrique; la Guade­loupe, Haïti, San­to Domin­go en Amérique; voici la deux­ième édi­tion du Fes­ti­val tri­con­ti­nen­tal des raci­nes cul­turelles africaines Malaki ma Kon­go, à Berck sur Mer en France, juste après l'Italie; sur le thème:

“Deux Jours de Djem­be à Berck pour l'Humanitaire en Afrique”

Kim­pete minini ngo­la « Du jamais vu »

MALAKI-MA-KONGO France est créé dans le but de val­oris­er la cul­ture africaine; d'éloigner la délin­quance, sauve­g­arder la mémoire col­lec­tive, pour pro­mou­voir et enseign­er le savoir de nos ancêtres, à tra­vers les journées cul­turelles et sportives - con­tes, théâtre, con­férences, sculp­ture, per­cus­sion accom­pa­g­née de chants, des galas, de sport et de toutes sortes de por­traits qui témoignent de l'existence et de la grandeur de l'identité africaine.

Nos Objectifs

  • L'apport de l'Afrique dans le pat­ri­moine com­mun de l'humanité
  • La pro­mo­tion du ray­on­nement de l'Afrique pour la paix
  • Par­ticiper à la lut­te con­tre toute délin­quance
  • Pro­mou­voir la renais­sance africaine, en val­orisant la cul­ture africaine
  • La pro­mo­tion de sports africains
  • L'organisation des journées cul­turelles pour la sol­i­dar­ité avec l’Afrique

Notre action

Est axée sur la reval­ori­sa­tion de la cul­ture africaine en parte­nar­i­at avec celles des Antilles, de l'Amérique, de l'Europe ; en s'inspirant tou­jours des valeurs humaines et l’approfondissement de l'histoire du con­ti­nent Noir et sa dias­po­ra.

“Les Deux jours de Djem­be pour l'humanitraire en Afrique”

10 et 11 juil­let 2004 dans la salle du KURSAAL à Berck Sur Mer

… C’est com­me la fête au vil­lage.

Lors de sa pre­mière édi­tion en France, le Malaki ma Kon­go a démon­tré qu’il n'est pas né de la dernière pluie… la fête était grande et la par­tic­i­pa­tion de la pop­u­la­tion a été con­sid­érable, en ces temps chauds d'été, où les gens priv­ilégies le bain solaire à la plage. Mais il faut soulign­er que, très peu d'attention a été accordé à la dimen­sion human­i­taire, par rap­port à la grav­ité du drame que tra­verse le con­ti­nent Noir et le Con­go en par­ti­c­ulier… Et pour­tant beau­coup de représen­tants d'associations human­i­taires se sont déplacés juste pour la cause. Pour le moins la pre­mière pier­re de Malaki ma Kon­go France, en forme d'action human­i­taire pour l'Afrique était posée…

Quand la cour du berceau de l'humanité est cal­ciné, cela devrait être la préoc­cu­pa­tion de tout être vivant, moins que vous soyez…

A Berck sur Mer, France, on a célébré le 10 et 11 Juil­let 2004 les Journées du Fes­ti­val pour la Paix de Malaki ma Kon­go Tri­con­ti­nen­tal.

Tout le mon­de vrai­ment était présent : malak­istes de dif­férentes par­ties de la France, d’Italie, de Bel­gique, de Con­go Kin­shasa et Con­go Braz­zav­ille. Les prési­dents de Malaki ma Kon­go de France, Malaki ma Kon­go d’Italie et Malaki ma Kon­go du Con­go Kin­shasa se sont pour la pre­mière fois retrou­vés tous ensem­ble pour fêter et célébr­er en heureuse com­pag­nie ce fes­ti­val des raci­nes de la cul­ture africaine pour la paix et la sol­i­dar­ité avec le con­ti­nent noir;

Les deux journées du fes­ti­val se sont déroulées à mer­veille et dans le même esprit de fra­ter­nité, amour et engage­ment social qui savent dis­tinguer Malaki ma Kon­go, entre man­i­fes­ta­tions cul­turelles et per­for­mances artis­tiques de haut niveau, tout cela tou­jours au nom de la paix et de la sol­i­dar­ité, com­me tou­jours.

On n’a pas jouit de la présence des seuls prési­dents de Malaki de San­to Domin­go (qui au dernier moment n’a pas réus­si à rejoin­dre la France cas de force majeur) Haïti e Guade­loupe.

Le grand et con­fort­able hall du Kur­saal de Berck mis à la disponi­bil­ité de l’association Malaki ma Kon­go France par la Mairie de Berck sur Mer et l'Office du touris­me de la même, s’est trans­for­mé pour deux jour en un chaleureux et solaire coin d’Afrique où des enfants de tous les âges et orig­i­nes cul­turelles – les uns d’un char­mant exo­tique teint ambré et cheveux nat­tés et emper­lés de mille couleurs, d’autres aux cheveux blonds et les yeux couleur du ciel – cour­raient ensem­ble libres et heureux poussés par le courant d’énergie dégagée par les har­monies mag­iques émanant de la musique du cœur de l’Afrique.

Les rythmes pro­fonds de la forêt équa­to­ri­ale oués au tam-tam avec grande maîtrise par le fab­uleux maître de per­cus­sions con­go­lais Celestin N’guemba dit Kas­sa Kas­sa se sont inter­calés au Théâtre et à l’animation de Gygih N'Doulou M'bemba et Masen­go ma Mbon­golo, superbes comé­di­ens con­go­lais, ce dernier même fon­da­teur du fes­ti­val Malaki ma Kon­go et tout son mou­ve­ment cul­turel. Le tout a été accom­pa­g­né par les sons mag­iques d’instruments con­go­lais tra­di­tion­nels, de son pro­pre inven­tion et fab­ri­ca­tion, par l’extraordinaire poly­va­lent musi­cien Barn­abé Mat­siona.

Nzey Van Musala, prési­dent de Malaki ma Kon­go du Con­go Kin­shasa, aus­si bien artis­te et intel­lectuel théâ­tral de fort relief en Rep. Dem. de Con­go, a ensor­celé et enchan­té le pub­lic par ses pro­pres réflex­ions et témoignages sur les grands sujets pro­posés par Malaki ma Kon­go: la paix, la sol­i­dar­ité, le développe­ment respon­s­able.

Le super­be Gabriel Kin­sa ensuite, comé­di­en excep­tion­nel de la scène du théâtre con­go­lais, a achevé par sa pro­pre exhil­a­ran­te et char­man­te per­for­mance cet entourage par­fait d’artistes de forte taille pro­fes­sion­nelle et intel­lectuelle.

Tous ces per­son­nages extra­or­di­naires con­fir­ment, une fois encore, com­me la fidél­ité et l’engagement d’hommes d’art, de cul­ture et d’intellect africains envers Malaki ma Kon­go et ses objec­tifs human­i­taires et de pro­mo­tion des raci­nes de la cul­ture africaine – au ser­vice de la sauve­g­arde de l’ancienne cul­ture Kon­go et les cul­tures orig­i­naires africaines pour un développe­ment respon­s­able - soient tou­jours vives et omniprésen­tes.

Et tout cela démon­tre la volon­té d’une véri­ta­ble et authen­tique coopéra­tion nord-sud, où les per­son­nes éthiques des deux hémis­phères peu­vent unir leur pro­pres mains pour tra­vailler ensem­ble à la réal­i­sa­tion d’un mon­de meilleur pour tous: le mes­sage de Malaki ma Kon­go est celui de crier avec grande force que si on veut con­tribuer à un développe­ment respon­s­able pour le Con­go et l’Afrique il faut non seule­ment sauve­g­arder les cul­tures orig­i­naires africaines, com­me la cul­ture Kon­go en par­ti­c­ulier, mais faire d’elles-mêmes la base de ce développe­ment.

Le kinkè Ndezy, après, accom­pa­g­née par ses élèves lait-cacao, a présen­té la Boxe des Pharaons ren­ovée. L’art mar­tiale éthique africaine afférant à la péri­ode des anciens Egyp­tiens qui bien étant une édu­ca­tion physique et sportive est aus­si bien une édu­ca­tion spir­ituelle conçue sur l’esprit de l’harmonie et de l’équilibrât : le Mâat.

Les amis de Fami­ly Föla sont venus exprès de Boulogne pour apporter leur sup­port à Malaki ma Kon­go par leur énergie et vital­ité trans­mise au ryth­me boulever­sant de per­cus­sions de dif­férent gen­re. Per­cus­sions africaines jouées avec maîtrise par ces jeunes et habiles européens qui ont fasciné et cap­turé le pub­lic en un tri­om­phe de l’interculturalité.

Il y avait aus­si les amis de la capoeira, gérés par le fran­co-brésilien Alban Guille­mot­to et Housse­ma, qui nous ont trans­férés dans le con­ti­nent sud-améri­cain avec leur per­for­mances ath­lé­tiques, pour ne pas oublier la dias­po­ra africaine dans le mon­de.

Un pub­lic nom­breux, var­ié et mul­ti­eth­nique celui de Malaki ma Kon­go France 2004: les pro­tégés des cen­tres de rée­d­u­ca­tion des Hopi­taux de Berck ont pû jouer du djem­bé au stage d’initiation aux per­cus­sions tenu par le maître Kas­sa Kas­sa; garçons, hommes, femmes, enfants de tous les âges ont dan­sé ensem­ble les musiques tra­di­tion­nelles du Con­go au stage d’initiation aux dans­es de l’Afrique Cen­tral tenu par le maître Gygih N'Doulou M'bemba ; des gens d’Italie, Bel­gique, France, Con­go, Ango­la, Camer­oun ont chan­té ensem­ble les chants tra­di­tion­nels con­go­lais dans la langue com­mune, pour l’occasion: le kikon­go!

Et que dire de cette incroy­able fil­let­te haï­ti­en­ne, qui adop­tée par une mère française, est venue pour assis­ter au doc­u­men­taire de Malaki ma Kon­go sur le Bicen­te­naire de l’Indépendance d’Haïti dans l’année de son anniver­saire: une fil­let­te for­mi­da­ble, à 4 ans seule­ment elle a été atten­tive et a par­ticipé à vrai­ment toute man­i­fes­ta­tion du fes­ti­val avec une énergie incroy­able et une joie con­tagieuse. Sa mère, extra­or­di­naire, a voulu elle don­ner l’occasion de vivre et tester un peu des ses orig­i­nes cul­turelles. Un cadeau fan­tas­tique, qui mon­tre une fois encore la puis­sance de l’amour sans con­di­tion pour la vie au delà de toutes lim­ites. Malaki ma Kon­go est cela aus­si!

Il faut par­tir de la con­nais­sance de ses pro­pres raci­nes pour arriver à com­pren­dre qui sommes-nous et quelle peut être notre con­tri­bu­tion spé­ci­fique et spé­ciale à la vie que nous parta­geons tous ensem­ble, sans aucune dis­tinc­tion.

Le pub­lic, aus­si, a non seule­ment goûté les déli­cieuses saveurs de la cuisine con­go­laise et africaine (makayabu, man­ioc, bignets au coco, cous-cous, banane plan­tain et bien d’autre) au repas-débat de samedi 10 Juil­let, mais a aus­si écouté le mes­sage et les réflex­ions sur le prob­lème de la coopéra­tion respon­s­able inter­na­tionale et sur le micro­crédit des nom­breux représen­tants d’associations, ONG, etc. qui ont par­ticipé au débat de l’après-diner :

Leonar­do Los­sel­li, asso­cié de Malaki Ital­ie, respon­s­able des rap­ports cul­turels du GIT (Group d’Intervention Ter­ri­to­ri­ale) de Ban­ca Eti­ca Vicen­za et Con­sul­tant-Avis de la Direc­tion de Ban­ca Eti­ca –Padova (Ital­ie) pour un impor­tant pro­jet de micro­fi­nance final­isé à l’agriculture, voire la con­sti­tu­tion d’une MFI (Micro Finance Insti­tu­tion) au Con­go pour aider les femmes pau­vres vic­times de la guer­re, Pier­re Marie METANGMO et Bese METANGMO de l'ass. Alli­noise pour un pro­jet de touris­me respon­s­able au Camerun.

Letizia Farisato, prési­den­te de Malaki ma Kon­go Ital­ia, Nzey Van Musala prési­dent de Malaki ma Kon­go en Rep. Dem. du Con­go, Louise Bilolo déli­cieuse prési­den­te de Malaki ma Kon­go France qui pour son engage­ment per­son­nel et sa douceur aurait mérité tous les mer­ci et les fleurs de ce mon­de !, Masen­go ma Mbon­golo pres­i­dent fon­da­teur du Malaki ma Kon­go e coor­di­na­tore gen­erale di Malaki ma Kon­go tri­con­ti­nen­tale, Mavam­bu et Nkounk­ou Philippe de l'ass. Mfu­ma ne Kon­go

Mafouta Magloire de l'association Braz­za­2000, Youna Ana­tole Pier­re de l'ass. Zorantie, pour ne par­ler des “cachés” dans le nom­breux pub­lic, com­me Gygih N'Doulou M'bemba de l'ass. BaBa O Bab­Cour­di­manche et d’autres encore qu’il ne serait pas facile de les nom­mer tous.

En générale, les "deux journées de djem­bé pour l'humanitarisme en Afrique" made in Malaki ont réus­si à chauf­fer un peu le frais cli­mat du Nord Pas-de Calais. et les coeurs de plusieurs per­son­nes. Malaki ma Kon­go, le fes­ti­val de la paix, don­ne ren­dez-vous en Europe pour la prochaine année.

Sous peu, par con­tre, ce sera la fois de Malaki ma Kon­go du Con­go!

Au mois d’Août une délé­ga­tion de Malaki ma Kon­go Ital­ia se ren­dra là-bas pour par­ticiper à cette ultérieure étape de ker­messe du Malaki ma Kon­go Tri­con­ti­nen­tal: le tout naturelle­ment sera com­me tou­jours doc­u­men­té et filmé.

Partager
Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+
Ce contenu a été publié dans 2004-2006, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.