Premier Congrès des Originaires du Royaume Kongo: en Grande Première Mondiale…

Que s’est-il passé?
Impossible n’est pas Kongo!!!

Article 1er Congrès Kongo 2013 Web

Article 1er Congrès Kongo 2013 Web

Bua Keti ba Kongo
Bua buneeeennn!!!     (Un autre monde est possible!!!)

Comme prévu, le premier congrès des originaires du Royaume de Congo s’est déroulé du 17 au 19 novembre 2013 au Salon Mangrove à Paris. Malgré les difficultés des temps et les vicissitudes du moment, les Kongo de l’Est à l’Ouest de l’Atlantique ont tenu à honorer de leur présence cette Grande Première Mondiale pour l’Unité et le Développement des Kongo. Ceci est la manifestation de la prophétie du roi Kongo Ne Vita Kanga qui, il y’a 348 ans, précisement à Mbuila, le 29 octobre 1665 à 17h30, avant d’étre décapité a dit en dernier mot: “Kongo tadi, ka di basue, ba nsinga”, ce qui signifie que “Kongo est une pièrre qui ne devrait s’éffriter, mais doit être des fibres qui se tendent et se détendent sans jamais rompre.”
C’est donc sous le signe de l’Unité et du Développement que les Kongo ont voulu tourner la nouvelle page de leur histoire qui sera dorénavant écrite par les filles et les fils Kongo.

735498_1378709742376751_1106467684_o

La chaîne d’union des descendants KONGO à l’ouverture des travaux du congrès mondial des Kongo

Incroyable mais vrai, les Kongo de l’exterieur ont répondu en masse à l’invitation lancée il y a 12 mois par le Groupe Malaki et Royaume Do Kongo. Une chaîne d’union des descendants KONGO a été constituée à l’ouverture des travaux du congrès mondial des originaires du royaume Kongo.
Rien n’a pu obscurcir le ciel de Paris durant ces trois jours de Congrès des Kongo, même pas l’accident dont a été victime Rocha Nefwani, Président du Groupe Royaume Do Kongo, et surtout pas les gesticulations des faux politiciens, de véritables loups vêtus de peau d’agneau, qui confondent la culture et la politique. Il leur suffit d’entendre parler du mot Kongo pour qu’ils s’affolent et aboient dans tous les sens

Participation

996979_10152037702261591_1195747012_n

Les Kongo venus des quatre coins de la terre sont réunis en Congrès (visionnent la vidéo en créole de Neite Decimus de Massachusetts-USA)

Durant ces trois jours, les Kongo de Chili, Haïti, Santo Domingo, Cuba, Guadeloupe, Martinique, USA, Angleterre, Belgique, Suisse, Luxambourg, Allemagne, Hollande, Suede, Portugal, Espagne, l’Italie, Arabie Saoudite, sans oublier ceux venus d’Afrique: des deux Congo, de l’Angola/Cabinda, du Bénin, du Togo, d’Afrique du Sud, et bien sur de différentes régions de France.
Une minute de silence avait été observée au début des activités pour honorer les mémoires de Mpayi Wabeladio, le fondateur de l’écriture Mandombe et Jacques Loubelo, chanteur-poète. Ces deux braves Kongo venaient de nous quitter. Le dernier se préparait à venir à ce Congrès.
Dimanche, le l’ai appelé, mais bien que sa voix soit embarassée par un cataracte, il me rassurait: Mwa kamu die nani, ka ça va passer, mbo ni kuiza ku Paris (Je me porte un peu mal, mais ça passera, je serai au rendez-vous). Et le jeudi Kaly Diatou m’annonce: hier mercredi, Ya Loubelo s’en est allé.

Les conférences ont été d’un niveau appréciable et aucun sujet n’était tabou. Evidemment, il a été dit au préalable que des sujets politiques et religieux n’y seront pas traités, à cause de leur responsabilité dans les difficultés que traversent nos pays et dans les passions inconciliables qu’ils soulèvent. Mais cela ne nous empechait pas de parler de la spiritualité Kongo et du mode de gestion de nos villes et villages.

A écouter les conférences, on avait l’impression que tous les thèmes traités rimaient vers l’hymne Kongo que nous avons chanté le dernier jour à l’unisson:
Ngiele ngiele mu nzila Kongo (Marcher sur les traces Kongo) ou plus ou moins dans la logique de Bua Keti ba Nsi Buabuneeennn !!! (Ce qui signifie qu’un autre monde est possibile!!!).

Mbuta Mawete: Après les mots de circonstance et de bienvenue, il a présenté Kongo dans le temps et dans l’espace, tout en situant l’essence du mot Kongo.
Mbuta Balouboula-Ndulu: Il a ouvert la cérémonie par un rite Kongo approprié et par son discours d’ouverture du Congrès.

Femme Kongo et Eveil des Kongo

Massembo (Guadeloupe), Carolina (Chili), Lovely (Sto Domingo)

Carolina Cortés Silva

 Carolina Cortès (Chili)

Carolina Cortès (Chili)

 

Présidente de l’ONG Oro Nero du Chili, Professeur d’histoire et de géographie, Présidente de Malaki ma Kongo du Chili, est venue pour nous parler de l’histoire des Afrochiliens: Une histoire occultée. L’histoire des Afrochiliens qui est jetée dans les oubliettes au Chilid. Professeur d’histoire et de géographie dans un centre pénitencier d’Arica. Cette ville dont le nom reflète l’Africa, est la ville la plus peuplée de communautés Noirs au Chili. Arrière petite fille de Mme Ngongorà, enlevée jeune d’Afrique, elle est venue pour témoigner de son histoire au Congrès des Kongo. Parce qu’elle brûlait l’envie d’apporter à ses élèves un fort degré d’africanité et surtout de Kongonité, elle a honoré de sa présence au Congrès.

 

Mme Antoine Lovely

Antoine Lovely Kongo de Santo Domingo d’origine haitienne

Antoine Lovely Kongo de Santo Domingo d’origine haitienne

 

Kongo de Santo Domingo d’origine haitienne, elle a mis l’accent sur les souffrances sans fin d’Haiti dont 1804 est la cause. Elle a raffraîchi la mémoire du public sur les tenants et les aboutissants de l’oeuvre de Toussaint est Déssalines. Haiti étant peuplé à 75% d’une population d’origine Kongo, il était normale que nous évoquions les moments difficiles que traverse ce peuple. Ces grands moments sont aussi présentés dans les détails dans son livre intitulé “Fragments de la conscience haitienne”.

 

 

Marie France Massembo

Une des rares Kongo de Guadeloupe qui a déjà visité le Congo et la ville Massembo Loubaki, n’a pas voulu manquer à ce rendez-vous des Kongo. C’est à mon avis la première fois qu’elle à Paris qu’elle discuite avec ses frères et soeurs de sang. La dernière fois, en septembre 2011 que j’ai assisté à son spectacle dans la meme capitale française, la salle était quasiment pleine de français de souche. Les africains et Antillais étaient peu

Massembo (Guadeloupe),

Massembo (Guadeloupe),nombreux, mais au Congrès des Kongo, elle y est comme un poisson dans l’eau.

Il est meme impossible de la distinguer des autres Kongo. D’ailleurs c’est la meme chose pour tous les autres Antillais, caraibééns et americains. Dans son discours, soutenue par Alphonse Nzindou Samba, elle a raconte presque dans les meme termes que ce que nous avons entendu en 1994 au Congo. Elle parle de son ancetre Anatole Massembo qui dans les année 1850 était arraché de ses terres Kongo pour l’inconnu. Il n’était pas seul, il faut souligner qu’à Marie Galante une autre île de la Guadeloupe, avait reçu presque dans la meme période plus de 6.000 Kongo. Donc Massembo nous a expliqué comment en pleine Guadeloupe esclavagiste où parler était un crime de lese magesté, son ancetre a réussi par les chants, onomatopés, accompagnés de danses et de gestes, transmettre au futures générations, le drame de qu’a vécu le peuple Kongo.

Des chansons du genre:
Muana ngo tu dia (On va manger un petit Léopard)
Muana ngo tu dia
Ya me muana ya sueka kuna tadi dia Kalunga (Mon enfant je l’ai caché dans la grotte de Kalunga)
ou
Sola ya me solo (Choisir je doit faire mon choix)
Zebi sola (sais-tu choisir? Ou tu sais faire le choix)
Ces chansons n’ont pas besoin de traduction, puisque c’est du Kikongo pure.

Mbuta Alphonse Nzindou Samba

Nzindou Samba

Nzindou Samba

Il nous a relaté comment d’un voyage du Groupe Negro Spiritual Les Palata en Guadeloupe, il a pu à partir des noms Kongo qu’il a trouvé dans un bottin de téléphone à Point à Pitre, dont le nom de son grand père Anatole Massembo, il est parti jusqu’à Capesterre Belle Eau pour retrouver la famille Massembo. Il croyait trouver un famille de 4 à 6 personnes, mais c’est presque tout le clan qui était alerté. C’est ainsi que commence la seconde phase de l’histoire des Massembo, une famille qui représente à nos jours la culture Kongo en Guadeloupe.

La saga sur l’importance de la femme africaine a atteind son apogé avec Lascony Nysymb, (Historiographe, documentariste, enseignant, jazzman et écrivain)

Lascony Nysymb

Lascony Nysymb

. Globetrotteur, qui nous a fait une supère démonstration du matriarcat en terre Kongo sur le thème: L’Afrique authentique offre à la femme une place de choix.
Selon lui l’Afrique authentique offre à la femme une place de choix. L’opposition de sexes n’y existe pas, l’homme et la femme étant complémentaires. L’intrusion des religions dites révélées a bouleversé les mœurs en Afrique, provoquant ainsi un déséquilibre sociale permanent. L’égalité des sexes en Afrique est un exposé qui met en exergue le rôle et la position de la femme au sein de la société africaine. Une Afrique très méconnue, mais toujours actuelle.
Au travers de ses multiples voyages dans le monde, Lascony Nysymb, nous a fait toucher du doigt le fait que pour parler de l’Afrique vraie, les africains ne doivent pas se contenter des écrits et films des occidentaux; ils doivent se jeter à l’eau et aller à la source. Nous étions abassourdis de decouvrir son professeur, une vieilles paysanes des pays d’Afrique sahelienne… C’est ce que le monde attends des intellectuels de l’Afrique de nos jours, avant que ces bibliothèques vivantes ne disparaissent.

Spiritualité et Identité Kongo
1399179_556303497789449_994956048_o                                                        Irma Berlus (USA), Nkunda Nlaba (Londre). Pasteur Jonas Melo

 La Spiritualité et l’identité Kongo ont aussi occupé une place de choix dans le Congrès. Et nous avons eu de grands calibre en la matière comme Pasteur Melo Nzeyitu Josias chercheur et écrivain qui a exposé sur la Culture et Langue;

André Futo d’Italie Chercheur et Ecrivain d’origine angolaise, résident en Italie, nous a édifié sur L’origine de l’homme et les structures Monoteistes;

Son Excellence Mayila Ngombe
Chargé d’affaires à l’Ambassade de la RDC en Arabie Saoudite, il est venu nous parler de ses nouvelles recherches sur: Science, Spiritualite, Mysticisme et Prière.

 Okemba Hermann
Pasteur, Juriste, avait un thème flateur: Les héros Noirs de la Bible. Le thème est bon mais pour ne pas s’éloigné du thème du Congrès des Kongo, il aurait été mieux dans le cas d’espèce, de parler de la place des Kongo dans la bible. Par exemple, comment peut-on expliquer les similitudes linguistiques et culturelles qui existent entre le Kongo et l’Hébreux? Pourquoi le mot hebreux bible est-il identique dans le fond et la forme avec le mot kongo “Thibila” qui signifie une prière adressée aux ancêtres? Alors existerait-il un point d’intersection entre ces deux peuples? Enfin ce thème est si vaste qu’on ne peut en épuiser toutes les branches en une seule intervention.

Dzion Gabriel
L’un des conférenciers qui a donné du fil à retordre au public avec un long discours hors des limites autorisées. Nous savions tous que la politique et la religion étaient des thèmes sensibiles que les initiateurs avaient bien écartés pour privilégier la spiritualité Kongo et la gestion des problèmes de communautés de base à leur état primaire. Notre orateur s’est lancé dans un exposé de 1h30, alors que la répartition oraire était de 20 mn par personne. A celà, le modérateur est resté sans aucune réaction, malgré les signaux de faiblesse qu’émettait le public. En plus, son discours qui ne faisait que des éloges à la religion Kimbanguiste, enfreignait la logique de ne pas utiliser le podium pour promouvoir sa religion. Plusieurs personnes dans la salle ont à peine voilé leur indignation sur cet invité non Kongo loin de respecter le planning établi, tout en décriant le laisser faire du modérateur.
C’est difficile d’imaginer des africains qui ne peuvent respecter les clans des autres. Seront-ils contents de voir les Kongo aller faire du désordre dans des assemblées Mbochi, Téké ou autres. Rousseau a eu tort d’avoir pas dit: le bon sens est la chose la mieux partagée au monde.
Et cet incident facheux a empeché des Kongo comme Fulele Do Nascimento (né au Congo de parents d’origine Cabindaise) résidant à Poitier, une ville de interieure de la France, qui a payé son déplacement et son hotel), à ne pas présenter son exposé. Voici ce qu’il dit à propos: “ Je regrette de ne pas avoir pu intervenir comme prévu, mais ce n’est point grave. Matondo tout de même pour le peu auquel j’ai assisté. Il y a aussi contraint John Mpaliza (venu d’Italie) et Lascony d’intervenir le jour suivant.
On pourrait aussi dire dans le cas d’espèce, que les organisateurs ont accusé d’un manque d’autorité; mais chez les Kongo, on dit que “quand un cabri entre dans ta maison, il est mieux de le faire sortir sans user de la violence au cas contraire, il te brisera les assièttes avant de s’en aller”. Enfin il faut dire aux amis africains qui sont invités à des forums de clans et éthnies de leurs amis, de respecter les ancêtres des autres comme ils respectes les leurs.

Mfumu Nsaku Kimbembe

Nsaku Kimbembe

Nsaku Kimbembe

Animateur social chez CIAS, écrivain, ex-prêtre. Il a abanndonné la foi à l’occidental, le jour où dans la ville où il officiait, un guerrisseur a redonné vie à une personne morte il y a 5 jours, alors que Mbuta Nsaku Kimbembe s’apprêtait à aller célébrer la messe funéraire de ce dernier. Aujourd’hui il est devenu un des gardiens de la Tradition Kongo, et il nous a entretenu sur: Kongo, spiritualité de la connaissance. Ici Ne Nsaku Kimbembe met l’accent sur la valeur et l’importance de l’expérience de l’homme sur terre qui est la base de la spiritualité Kongo, contrairement aux réligions revélées. Et l’histoire de cette dernière spiritualité témoigne de l’impatience, la cupidité, la méchanceté de ces religions dont Dieu est fabriqué à l’image de son revelateur. Ici quand quelqu’un meurt, avant de prononcer son nom on ajoute le mot Nzambi (Dieu); et Nzambi a Mpungu c’est le Dieu de tous les pouvoir.
Dieu est le premier de nos ancetres et la mort n’est qu’un changement de décord mais l’homme continue à assumer ses responsabilités au delà de la vie sur terre. Ce qui revient à dire que le comportement de l’Homme dans sa phase de vie active conditionne son devenir quand il rejoindra le Mpemba, le monde des ancetres. Personne ne viendra, avec un bâton magique, enlever les pechés des hommes.

Kongo & Développement

Developpement Kongo

Developpement Kongo

Pour le commun des mortels, lors de ces trois jours de Congrès, les Kongo ont démontré leur force créatrice. A tout seigneur tout honneur le roi Musundi de Cuba, Tatandy Musundi Aldo Durades, Président de l’Institution Religeuse Bantou, du haut de ses 76 ans d’âge, a traversé l’Atlantique pour venir nous transmettre le message de la paix et de la collaboration qui vient de Cuba. Il a insisté sur une chose, en ce moment comme dans le passé Cuba a toujours ouvert ses portes à l’Afrique. Des dizaines de milliérs de jeunes africains sont entrain d’étudier gratuitement à Cuba. Mais il déplore que l’Afrique ferme les portes aux Afriodescendants Cubains. L’Afrique ne donne pas de visa aux Cubains, alors que nos ancêtres sont partis enchaînés d’Afrique, mais ils n’ont pas oublié leur continent mère. Ils ont sauvegardé la culture, la langue, la spiritualité.

Roi Musundi de Cuba Tatandy Aldo Durades

Roi Musundi de Cuba Tatandy Aldo Durades

En ce net moment, à Cuba se déroule la fête Bantu initiée par Tatandy Aldo. Mais quand nous avons reçu l’invitation de Monsieur Masengo qui a déjà visité notre pays et a participé à nos activités, c’était comme une dette à payer. Alors il a tout abandonné pour venir à ce Congrès des Kongo pour faire écouter aux Kongo le peu de la langue Musundi/Kongo qu’ils parlent à Cuba, mais aussi pour fortifier ses connaissances linguistiques, historiques et culturelles.

Le drame de l’Afrique a-t-il ajouté, c’est l’absence d’unité spirituelle. L’étranger a réussi à nous opposer les uns les autres au plan spirituel et social, ce qui nous empêche de lutter pour la défense de notre mère patrie. Seul la reconnexion avec nos ancetres, notre spiritualité primaire, nous aidera de sortir de ce mal incurable qui depuis des siècles mine l’Afrique.

Les Kongo d’Afrique ont été satisfaits, ébahis de voir un cubain parler la langue sundi. Ils ne pensent plus qu’aller sur le terrain à Cuba ce qu’il en est en réalité.

Mme Irma Berlus

yaya Irma Berlus de Massachusetts aux USA

yaya Irma Berlus de Massachusetts aux USA

De Massachusetts aux USA, Mama Irma Berlus est venue pour représenter Neite Decimus Papillon Vert. Ce grand Haïtien, en « pèlerinage » au USA depuis plus d’une dizaine d’années, mais refusant de prendre la nationalité americaine puisqu’après que ses ancêtres aient été dépouillés de leur nationalité africaine pour devenir Haïtiens, endosser la nationalité américaine pour Neite Decimus Papillon Vert est une injure de plus, qu’il n’aimerait pas subir.

Alors que son statut lui permet de se rendre partout en Europe et dans le monde, voilà que l’ambassade de France au USA lui défend , sans motif valable, la possibilité de venir prendre part au Congrès des Kongo. Cela dit-il ne lui a pas fait mal puisque le mouvement engagé est irréversible, mais ce geste insignifiant confirme le fait que la France n’a pas encore avalé la raclée que l’armée des esclaves, menée par Toussaints et Dessalines, a affligé à la plus grande armée du monde de l’époque celle de Napoléon Bonapart.

Ainsi pour marquer sa présente il nous a envoyé une vidéo dans la quelle Niete Decimus, Antropologue, Psycologue, Hougan pratiquant a voulu nous parler spécifiquement en langue créole de son thème: Le Vodou: Spiritualité Officielle d’Haïti. Il parle en créole parce qu’il pense qu’aucune autre langue que sa langue maternelle ne pourrait transmettre les sentiments qu’il éprouve de savoir qu’enfin la machine est en marche.

Papillon-Vert

Papillon Vert

Dans cette vidéo que Mama Irma Berlus a eu le privilège de traduire et de commenter, Neite Decimus Papillon Vert a voulu nous transmettre la volonté d’une partie de la population haïtienne qui veut s’adresser directement au peuple Kongo et au peuple africain en général, pour dire qu’un combat quoi qu’il soit débute dans la tête, dans la spiritualité individuelle et collective et se transmet dans une langue donnée.

Cette logique est plus que vraie puisque tout est lié, et que c’est absurde de penser vaincre l’Occident si avant d’aller au combat on prend appuis sur les divinités Blanches/chrétiennes et cela va de meme pour l’utilisation de la langue de l’énnemi que vous voulez combattre. Ce sont des petites choses, négligeables diront certains, mais c’est là que se cache le déclic de la victoire. Tant que l’Afrique va négliger ses ancêtres, ses langues, ses divinités pour embrasser ceux de ces ennemis, elle sera vaincue avant même de combattre.

C’est une logique naturelle, un vrai combat requiert une forte concentration et l’implication des énergies cachées dans son subconscient, mais cela n’est possible que si ces énergies étrangères que vous invoquées ne rentrent pas en contradiction avec vos propres énergies ancestrales.

Dans la phase conclusive de son commentaire, Mme Irma Berlus a dit qu’à la Cours Papillon ils ne veulent pas obliger les gens à croire au Vaudou. Ils estiment que l’union fait la force et que c’est en s’échangeant les informations entre amis et surtout avec les jeunes que nous renforceront les capacités des uns et des autres. La formation ne vaut rien si on ne la partage pas. Si nous sommes réunis ici pour parler de la culture africaine, c’est qu’il y a du travail qui a été fait, c’est la meme chose que le Mouvement d’Entraide que la Cours Papillon a créé. Nous nous sommes libérés de l’esclavage physique mais il reste encore l’esclavage mental, Culturel, et spirituel. Nous avons commencé le travail, les solutions vont se trouver, mais il faut poser des actions concrètes.

Ne Kunda Nlaba,

Maître des Bizizi bia Kongo nous a démontré que le cinéma Kongo a toujours existé dans nos terres. Il n’y a qu’a s’imaginer combien de fois chacun de nous s’est miré dans les eaux limpides des terres Kongo.

Mfumu Kavunga Sylvestre

1467294_556304934455972_985179620_nBasé en Guadeloupe depuis des décennies, il nous a parlé de la présence Kongo dans la Guadeloupe.

Mbuta Diabanza

Mbuta Masengo ma mbongolo na Mbuta Diabanza de Losangeles

Mbuta Masengo ma Mbongolo d’Italie et Mbuta Diabanza de Losangeles

Venu de Los Angeles, il a remercié les participants et a remis à chacun d’eux un certificat de reconnaissance du Groupe Royaume Do Kongo. Et certains participants croyaient recevoir là, un certificat de participation au Congrès. Mais Comme la signature d’un des initiateurs faisait défaut, la remise des certificats se fera dans un bref delai.

John Mpaliza

John Mpaliza (rasta) Peace walking man for RDCongo

John Mpaliza (rasta) Peace walking man for RDCongo

Il compte parmi les personnages spéciaux qui ont pris la parole au Congrès. C’est lui “Le marcheur pour la Paix au Congo”. En 2012 il a marché de Reggio Emilia en Italie jusqu’en Belgique via la France et la Suisse. Il était reçu au Parlement Européen pour dire Non à la guerre en R.D.Congo. Il est venu exposer sur une des richesses de l’Afrique millénaire “L’Os du Ishango”

Os d'Ishango

Os d’Ishango

Il nous a dit que le berceau de l’humanité, des civilisations, des sciences et des techniques se trouve en Afrique : En effet, à la source du Nil, plus précisément en Afrique centrale à Ishango dans les montagnes du Lebombo entre l’Afrique du Sud et le Swaziland, on a retrouvé la plus ancienne trace d’élément mathématique et scientifique au Monde.

“L’Os du Ishango”: deux os allongés, arqués presque symétriques d’environ 10cm, munis d’une série d’encoches représentant une suite de nombre, découvert en 1950 par jean de Heinzelin de Braucourt (Archéologue et chercheur à l’institut royal des sciences naturelles de Belgique).

L’os d’Ishango marque dans l’histoire de l’Afrique noire une étape essentielle dans le long processus de la création de la pensée mathématique, avec pour aboutissement, les civilisations soudanaise puis égyptienne. http://www.shenoc.com/l’os%20d’ishango.htm

Masengo ma Mbongolo

1382895_543203245751139_588007484B_nCelui-ci a donné le dernier spectacle intitulé: De Kongo à Congo, ou l’histoire de migration du peuple Kongo de l’Egypte Antique jusque dans les actuelles terres Kongo. Il se fait accompagner d’une vidéo projection. Au travers de ce spectacle l’auteur et comédien, aide l’assistance à toucher du doigt les faits historiques en utilisant la linguistique, la géographie, l’histoire, le tout accompagné de chants, de danse et de théatre. Le tout sous fond de Muana Ngo tu dia (on va manger le fils du léopard), et de Bua keti ba Nsi Buabuneeennn!!! (Un autre Kongo est possible!!!). C’est avec cette vision futuriste que se termine le spectacle.

Au travers de ce spectacle créé pour ce genre de circonstance, Masengo ma Mbongolo, un des principaux promoteurs de ce congrès interpelle les Kongo au travers des dimensions comme la langue, la spiritualité et l’économie qui sont le lietmotiv de toute diaspora. Ce spectacle est un cours d’afrokongo-centricité étudié et adapté au peuple Kongo et de sa diaspora, pour le pousser à l’auto-estime et à comprendre que les Kongo étaient présents même dans l’Egypte Antique, afin de les pousser à:
-l’apprentissage de leur culture, leur langue à leur progéniture;
-raffermir leur spiritualité et leur identité avec leurs ancêtres, leurs divinités;
-l’intéret de travailler en réseau pour la création et la promotion des unités para économiques, des institutions bancaires Kongo pour promouvoir la micro entreprise Kongo.

Il n’y a pas de continent fort sans Etat fort, tout comme il n’y a pas d’Etat fort sans ethnie ou clan fort; enfin il n’y a pas de clans forts sans hommes forts.

Animation du Congrès

L’animation du congrès, assurée par des artistes pluridisciplinaires sous la direc­tion d’Alphonse Nzin­dou.
-Ange Kéta Nganga, Con­teur
-Vévé & the Jam­pack, Griot, un mes­sage en créole + sym­bol­ique vau­dou, haï­tien, né en Bel­gique, Antropo­logue, enseignant des religions. Sa qualità d’artiste et son créole n’a rien à envier aux artistes nés et grandis en Haï­­ti. Il a été choisi pour démontrer aux Kongo qu’ils peuvent bien apprendre leur langue et leur culture à leur progenitore bien que vivant en Occident.
-Gilbert Ndoulou Mbe­mba, comé­dien, con­teur, jour­nal­iste, Prési­dent de La Com­pag­nie Baobab.
-Jorus Mabi­ala comé­dien, con­teur, Co-Président du Fes­tiva Retour au Mbongui, s’est illustré dans « His­toire de Petit Matondo » écrite par Balouboula-Ndoulou, connu sous le nom de Mâ Ndulu.
-Har­dos Mas­samba, poète chansonnier, est venu rendre hom­mage à Jacques Loubélo.
-Groupe Palata, l’un des plus grand groupe de Negro Spiritual en Europe.

-Gabriel Kinsa, Conte en langue Kongo, auteur de la lit­téra­ture jeunesse Comé­dien Conteur
-Boris Bou­e­tou­moussa, danse tra­di­tion­nelle et ini­ti­a­tique Kongo, Choré­graphe, Danseur Directeur artis­tique Com­pag­nie Bô, Prési­dent de Malaki ma Kongo au Congo;
-Hyac­inte Mas­samba, Maître Tam­bour,
 861329_556302807789518_1988238725_o

 Nous n’oublieront pas le marché bazzard, achat vente de livres, cd, souvenirs, aliments et boissons…

Ceux qui sont venus à ce Congrès, sont tous repartis satisfaits d’avoir communier avec les ancêtres Kongo. Et nous avons l’embara du choix, tous veulent organiser chez eux la XXIIIème Edition Malaki ma Kongo. Il y a meme les Kongo de Santo Domingo et d’Haiti qui veulent co-organiser un Malaki dans les deux pays.

Pour les Malakistes, ce que nous avons vécu était une vraie XXIIème Edition de Malaki ma Kongo faite sous la forme de Congrès. Savez-vous que Congrès en langue Kongo se dit Malaki? Qu’est-ce qui différencie le Congrès au Malaki?
C’est que le Congrès regroupe des spécialistes pour discuter des thèmes précis et le tout se termine avec des signatures de documents. Lors du Malaki, les spécialistes discutent des memes dossiers, mais après la signature des documents, on y ajoute la phase festive. Quelque soit les résultats des discussions, la rencontre se termine avec la fête, on boit, on danse, on mange et on s’échange des cadeaux.

Masengo Hone

Masengo ma Mbongolo scrutant l’horizon pour voir ce que nous reserve le Congrès des Kongo…

Enfin Malaki ma Kongo, en sa qualité de co-initiateur du Congrès, présente ses excuse à tous ceux de Paris qui n’ont pu prendre part au Premier Congrès des Originaires du Royaume Kongo. C’est depuis 1991 que nous cherchons à dire aux politiciens de tout bord ce que nous sommes: Des CULTURELS…Et l’interet du Congrès est de pousser les Kongo de se retrouver, se regarder dans les yeux et décider sans préssion de créer à court ou long terme des réseaux pour un développement humain.
Malheureusement nous sommes submergés de toutes parts par des groupes de gens de tout bord qui éprouvent des difficultés de nous voir suivre obstinement notre ligne. Notre souhait est que toutes les familles, tous les clans, éthnies et tribus, fassent un congrès, une conférence, pour examiner leur évolution et déterminer la démarche à suivre. Si l’esclavage est terminé, la colonisation s’en est allée, le néo colonialisme a du mal à se server de la mamelle africaine… Il faut que nous soyons prèts à gouverner nos pas au départ de ce dernier. Lors de la première édition de Malaki ma Kongo le 07 juillet 1991 j’avais dit et je le repette aujourd’hui:
« Si Césaire et senghor avaient cherché à promouvoir les cultures africaines, aujourd’hui quatre vingt ans plutard, nous devons plongé dans les racines de la culture africaine pour en soutirer la sève qui va nous sauver non seulement de la vache folle mais aussi des cultures folles.

A très bientot à Santo Domingo, Port au Prince, La Havane, Arica, Brazzaville ou Mbanza Kongo, nous avons 24 mois pour décider.
  1462926_10201409698177479_161542498_n

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1462556_556302441122888_1765843247_o 1417618_556302447789554_555696586_o 1400298_556302574456208_290336282_o 1401608_556302981122834_232692324_o 1458415_10202020183641124_2108190792_n 1424572_10202020178881005_1148053314_n 1400194_625766837469310_1413399272_o 1398733_556303127789486_1941439895_o 1397728_556303281122804_2020951946_o 905324_556302187789580_2122079383_o 885304_625766524136008_1584219810_o 739994_625766074136053_1600118397_o

554095_556302247789574_537974858_n1403407_702187933125468_1834758831_o 1396902_10152029597156591_1469817831_o

1475959_10152058318916591_301553171_nMasengo ma Mbongolo
Président du Tricontinental
Malaki ma Kongo
www.malakimakongo.net
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager
Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+
Ce contenu a été publié dans Nouvelles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Premier Congrès des Originaires du Royaume Kongo: en Grande Première Mondiale…

  1. Jeean-Claude Mayima-Mbemba dit :

    Il faut continuer. Courage et infiniment merci !

  2. LEWO DIKANDA dit :

    C’est avec beaucoup d’amertume que je parcours les lignes de ce beau rapport qui sans le moindre effort m’a rapproché de mes racines. Amertume dis-je car j’ai manqué là un grand rendez-vous auquel j’aurai bien voulu participer. Le rapporteur a pu toucher ma sensibilité d’homme de culture au point que le prochain RDV ne me laissera pas indifférent comme je l’ai été jusque là. Ka afuidi diambu ko, ce n’est que partie remise…

  3. NTSIETE-ZA-LOCKO WOTE RUFINE dit :

    Je suis très heureuse d’avoir reçu le compte rendu du MALAKI mais triste le fait d’avoir manquer cette occasion.
    Puisse nos ancêtres continue de nous guidez.

  4. gostei bastante de ver este congresso que reune todos bakongo do mundo.aqui em africa muitos nao conhecem deste grnde emperio kongo mae de afilika katiopia.ingue matondo kwa benokulu nutwa zangula nkikulu kieto kia kongo. ndombele nga muminkanda mi fwete sonama lusansu lwa kongo muna ndinga zaukuluzanza.

Les commentaires sont fermés.