SOS Haiti Malaki ma Kongo

This post is also avail­able in: Anglais

Quand l’Aide élimine l’aide

CECILE Malaki ma Kongo Haiti

CECILE Malaki ma Kon­go Haiti

Depuis 1791, date de la céré­monie du Bois Caï­man, au cours de la quelle fut lancé le pro­gram­me de la pre­mière et unique révolte des esclaves au mon­de qui s’est ter­minée par la créa­tion d’un Etat indépen­dant et mod­erne, Haïti ou « ter­re haute » ne cesse de con­naître des séries de chocs socio-politi­co-cul­turels aux quels s’entremêlent ses derniers temps de vio­lents phénomè­nes naturels.

C’est par pur hasard qu’en 2002 le respon­s­able de l’Association Malaki ma Kon­go s’est retrou­vé en Haïti et en col­lab­o­ra­tion avec les com­mu­nautés locales de base, y a créé une anten­ne de l’Association Malaki ma Kon­go-Haïti, nous y faisons non seule­ment de la pro­mo­tion des raci­nes de la cul­ture africaine, mais aus­si nous avons depuis 2008 lancé dans les milieux vodouisants un pro­gram­me de Mou­ve­ment Racine et Développe­ment durable. Nous esti­mons que si dans la logique jour­nal­ière chaque haï­tien essayait d’y incor­por­er des élé­ments de développe­ment durable, les change­ments que nous atten­dons de Haïti seraient béné­fiques. La mis­ère qu’on y vit ces derniers temps est un grand foy­er incu­ba­teur de toutes les igno­rances dévas­ta­tri­ces.

Quand la Com­mu­nauté Inter­na­tionale par­le d’aide au prof­it des pays du Sud, il s’agit tou­jours d’une aide ori­en­tée, con­trôlée, une aide qui enri­chit le dona­teur ; une sorte d’épée de Damo­clès qui empris­on­ne les pays du Sud dans un sys­tème d’exploitation au prof­it du por­teur d’aide. Dans le cas de Malaki ma Kon­go l’aide devrait avoir pour mis­sion d’éliminer l’envie, pour le béné­fi­ci­aire, de recourir à nou­veau à l’aide.

Lors de notre dernier séjour à Port au Prince, juste après les désas­treux pas­sages des oura­gans en 2008 et que nous fai­sions le point de la sit­u­a­tion de Haïti en général ; nous avons noté deux faits :

-Les mon­tag­nes cèdent et on remar­que qu’après une pluie, les rues et les lies des riv­ières et des fleu­ves sont rem­plies de gravier de toutes sortes de dimen­sions. Nous avons remar­qué que la super­fi­cie ter­restre le l’ère géo­graphique com­prise entre Port au Prince jusqu’au-delà Jacmel et même sur le tronçon qui mène jusque dans les mon­tag­nes de Belle fontaine en pas­sant par Leogane, soit un ray­on de 200km pour les zones que nous avons vis­itées, le sol est très cail­loux et insta­ble. Les crises socio-poli­tiques de ces derniers temps pous­sant la pop­u­la­tion au déboise­ment des fore­ts et des crêtes de mon­tag­nes envi­ron­nan­tes à la recherche du bois de chauf­fe, ont été la gout­te qui a fait débor­der le vase. L’infiltration des eaux de pluies empor­tant la ter­re et le sable qui reli­aient graviers a entamé les fon­da­tions des maisons et un trem­ble­ment de ter­re de mag­ni­tude 7.00 a assom­mé un coup mortel à Haïti, atti­rant ain­si le regard cri­tique de la com­mu­nauté inter­na­tionale quand à la ges­tion de la pre­mière République Noire Indépen­dan­te Haïti.

Après ce séis­me, la prob­lé­ma­tique de l’aide et de la recon­struc­tion que tout le mon­de attend, sont minées par des querelles pluri sécu­laire, d’une part il y a l’insatisfaction de la France, ancien colonisa­teur qui mal­gré le fait que Haïti ait payé de 1804 à 1825 le fameux dédom­mage­ment des colons, à hau­teur de 90.000.000 de Francs Or soit 21.700.000.000$, cette France, même après 200 ans, ne digère pas le fait qu’un groupe d’esclaves Noirs révoltés ait cou­vert de ridicule l’armée la plus puis­san­te de l’époque, celle de Napoléon Bona­parte. Et d’autre part, Oba­ma, veut non seule­ment blanchir son Prix Nobel de la Paix entaché par la Guer­re en Afghanistan, mais aus­si boucher les trous de la pau­vreté, dans les pays frontal­iers, qui sont les mail­lons faibles d’où peu­vent s’infiltrer les ter­ror­is­tes islamis­tes et nuire aux USA.

La Problématique de l’aide humanitaire après les ouragans

Elien Isac

Elien Isac

Selon Elien Isac Prési­dent de Malaki ma Kon­go en Haïti, le mode de dis­tri­b­u­tion des aides human­i­taires liées aux cat­a­stro­ph­es crées par les oura­gans était désas­treux. La haute société s’était emparée de la part du lion, et le petit peu­ple n’a presque rien eu. Nous avons aus­si déploré les faveurs dont béné­fi­ci­aient les églis­es proche qui chris­tian­is­me alors que les églis­es tra­di­tion­nelles n’avaient béné­fi­cié de rien. Les tra­di­tion­al­is­tes l’on vécu com­me une sorte d’envahissement et de dom­i­na­tion.

Ses pro­pos peu­vent paraître déplacés mais c’est le bilan de la mau­vaise rétri­bu­tion des aides human­i­taires, priv­ilé­giant la haute société et lais­sant à l’abandon total la basse classe sociale qui pour­tant représen­tan­te les 90% de la pop­u­la­tion. Ain­si vous trou­verez en Haïti une dif­férence sociale telle­ment effrayan­te qu’elle frise le pro­longe­ment du sys­tème esclavagis­te. Vous trou­verez des gens extrême­ment rich­es à coté des gens extrême­ment pau­vres. Etant don­né que le pays est pau­vre, totale­ment enclavé par un blo­cus hérité par le poids de l’histoire, com­ment peut-on expli­quer ces richess­es colos­sales ?

Réalisation de Malaki ma Kongo-Haiti

Au delà des activ­ités cul­turelles liées à la Pro­mo­tion des raci­nes de la cul­ture africaine (Danse Folk­lorique, Cor­net, Théâtre, Tam­bour, Pein­ture, fes­ti­val), Malaki ma Kon­go-Haiti ani­me à la Radio Planèt kreyòl l’émission kilti kreyòl (cul­ture créole). Au cours de cette émis­sion des­tinée au vodouisants, on par­le de la cul­ture en général, de la pro­tec­tion de l’environnement, des cas de société, mais surtout on apprend à la pop­u­la­tion qui man­que de moyens financiers, les pos­si­bil­ités de se soign­er avec les feuilles, les écorces des arbres et les raci­nes.

Masengo ma Mbongolo à Haiti

Masen­go ma Mbon­golo à Haiti

Aus­si, Malaki ma Kon­go-Haiti préoc­cupé par l’abandon des com­mu­nautés de bases par le Pou­voir cen­tral, a créé l’ONG C.O.A.B. (CECILE Organ­i­sa­tion D’Aide A Belle Fontaine). L’une de leur pre­mière action est de con­train­dre les décideurs de don­ner les moyens de tra­vail à la pop­u­la­tion déshéritée : pelles, houes, machet­te, semences, brou­et­te, sacs de vivre, huile, sel et autres.

Le prob­lème ici n’était pas le man­que de matériel, plutôt c’est le man­que d’infrastructures, puisque les oura­gans avaient tout détru­it. Il fal­lait donc des hommes ani­més de forte volon­té pour join­dre ces pop­u­la­tions. Il nous a fal­lu dernière­ment 8H00 de marche pour arriver au pays des mar­rons qui avaient dit hal­te à l’armée de Napoléon.

Au vue de cette expéri­ence et pour éviter de revivre le même scé­nar­io de 2008, notre asso­ci­a­tion estime qu’il est mieux de s’impliquer directe­ment et jouer ce jeu de cour­roie de trans­mis­sion entre le pou­voir cen­trale et les pop­u­la­tions de base en util­isant nos parte­naires sur le ter­rains. Avec le temps nous pour­rons éten­dre en Haïti, le pro­gram­me de touris­me alter­na­tive Malaki Live qui se lim­ite jusqu’à présent en Afrique pour don­ner la pos­si­bil­ité à tout un cha­cun d’aller véri­fier les choses sur le ter­rain.

SOS HAITI

Nous esti­mons qu’une aide n’est utile que si elle se fai­sait de manière durable ; donc une aide qui élim­in­erai l’aide au lieu de trans­former les haï­tiens en peu­ple d’éternel main ten­due com­me leur frère d’Afrique. Pour attein­dre ce but il a été mis au point une cel­lule de crise dénom­mée SOS Haïti-Malaki ma Kon­go et ouvert un compte Pay­Pal qui facilite les payements en ligne.

Victimes du sisme du 2010

Vic­times du sis­me du 2010

Ain­si l’Association Malaki ma Kon­go fait appel à votre générosité pour aider les blessés de Mon­tag­ne Noire et de Belle Fontaine, des quartiers reculés de Port au Prince et de la périphérie, sou­vent oubliés par les aides human­i­taires, et où Malaki ma Kon­go-Haïti est instal­lée depuis 2002. Les fonds servi­ront à:

  1. Aider pour les soins d’urgence ;
  2. Actu­alis­er le pro­gram­me d’accompagnement dans les domaines édu­cat­if, agri­cole et le petit éle­vage ;
  3. Créer une cel­lule interne d’entraide et de micro crédit pour s’auto soutenir.

Nous atten­dons votre sou­tien par :

A- Carte de crédit avec Pay­pal :

 

B - Ou vire­ment ban­caire: compte de Malaki ma Kon­go au près de "Ban­ca popo­lare Eti­ca", Ital­ie

IBAN: EU IT 07 X050 1811 8000 0000 0511 470 BIC: CCR TIT 2184E 

cause: SOS Haïti

 

Mer­ci de tout coeur à tout ceux qui nous aideraient. Notre souhait est non seule­ment de soign­er les blessés mais surtout de trou­ver ensem­ble une base de chem­ine­ment pour un développe­ment durable. Si les gens n’ont aucune base struc­turelle et matérielle, toutes l’aide human­i­taire s’évaporera en peu de temps com­me une pluie tombée dans le désert. Notre souhait est que les com­mu­nautés de base de Belle Fontaine et de Mon­tag­ne Noire, 50.000 per­son­nes envi­ron, trou­vent dans le sou­tien que la com­mu­nauté inter­na­tionale va lui apporter, un départ pour un épanouisse­ment indi­vidu­el et com­mu­nau­taire. Peut-être qu’un jour ce serait le tour de cette pop­u­la­tion haï­ti­en­ne à venir en aide aux autres pop­u­la­tions du mon­de, com­me elle l’a fait dans le passé.

Le mon­de est unique prenons en soin.